Ray's Day


Le 22 août prochain, nous célèbrerons la lecture (sous toutes ses formes), les auteurs (sous toutes leurs formes) et les lecteurs (oui même toi, là bas, qui lit Christine Angot) et l'anniversaire de Ray Bradbury.
Comment se fait-il que vous n'en ayez pas entendu parler dans les médias classiques ?  Ceux-là même qui célèbre une fête du livre (des éditeurs, et des parasi... droits d'auteurs), le 23 avril depuis maintenant presque 20 ans ?

Tout simplement parce qu'il s'agit d'une initiative de l'auteur francophone Neil Jomunsi, qui s'il a échappé aux foudres de Christine Boutin pour sa série Jésus contre Hitler, s'est lancé, il y a maintenant presque un an, dans un projet d'écriture de longue haleine inspiré par Ray Bradbury. Écrire une nouvelle chaque semaine pendant un an. Vous pouvez trouver un récapitulatif du projet Bradbury ici
Le projet se terminant, il lance ce Ray's day via un site dédié ici
Le Ray's Day est à la fois un hommage à l'un de ses auteurs fétiches, une manière de célébrer la fin de son année de nouvelles hebdomadaires et une façon sympathique de rassembler tous les lecteurs passionnés autour de leur passion commune : la lecture 

Pour l'occasion, de nombreux auteurs francophones offriront des nouvelles de leurs crus, spécialement écrites ou non pour le Ray's Day. Un bon plan pour remplir vos liseuses, vos tablettes ou votre ordinateur de lecture gratuite et légale.
Bien entendu la blogosphère se fera écho de cet événement par des articles variés et quelques librairies vont faire des animations dans leurs locaux.
Pour de plus amples informations voir la page : Ils participent au Ray's Day

Pour ma part, je me contenterais de publier un article sur un livre de Ray Bradbury qui se trouve dans ma monstrueuse P.A.L. J'ai oublié son titre depuis le temps qu'il y croupis et n'ai pas encore eu le temps de le chercher au moment où j'écris cet article. Le malheureux livre doit être sous une tonne de poussière... Donc ce sera une surprise pour moi comme pour vous.
Je rappellerais que Ray Bradbury est présent sur ce blog avec déjà un livre : L'arbre d'Halloween publié il y a cinq ans pour Halloween. L'originalité ne me tuait pas à l'époque dis donc...

The more the things change

Six months after the events of Star Trek: The Motion Picture, Doctor Christine Chapel and Spock must save the life of an ailing Audrid Dax, her true nature as a Trill having remained a mystery until now. But after an unknown vessel attacks their shuttle, a risky game of cat-and-mouse may be the only way to save all their lives.

 The more the thing change est mon premier ebook Star Trek qui n'existe pas dans un version papier. Pocket Star, l’éditeur de cet ebook,  est une division de Pocket Book spécialisée dans la publication de romans courts (- de 120 pages). C'est le cas de celui-ci, mais ce n'est pas pour ça que je l'ai acheté. Non la raison est bien plus amusante. C'est le premier roman qui a pour héroïne principale l'infirmière Christine Chapel.
Amoureuse transie de Spock durant la série TV, devenue docteur dans le premier film Star Trek et incarnée par Majel Barrett Roddenberry. C'est un personnage secondaire, un peu effacé, qui est devenu malgré tout très populaire au fil du temps. Toujours mentionné dans les romans (comme par exemple Star Trek Section 31 : The Cloak ou le comic d'IDW : Spock reflections )
The more the things change qui donne son titre à ce livre est le début d'une phrase bien connue chez nous :  Plus ça change, plus c'est la même chose (The more the things change, the more they stay the same)


Dr Christine Chapel (Star Trek the motion picture)

"This is a medical evacuation, and as the medical officer, you are in command of the mission regardless of our respective ranks."
Spock fait réaliser au Dr Chapel qu'elle est plus qu'un médecin dans cette mission.

Scott Pearson est un illustre inconnu dans la longue liste des auteurs professionnels œuvrant sur Star Trek. 
The more the things change est son premier roman comme professionnel, mais pas son premier travail publié.  Il a participé aux recueils de nouvelles amateurs Star Trek : Strange New Worlds 7 et 9, à un autre recueil The Sky's the limit (pour les 20 ans de Star Trek TNG) et a eu une autre nouvelle Honor in the night dans le recueil Star Trek Myriad Universes : Shattered Light.
Il possède aussi un podcast : Generation Geek (avec sa fille).  

"I'm a doctor not a shuttle pilot." I can't believe I just said that. Too many years serving with Leonard.

Le fait qu'il faut bien prendre en compte avant de lire ce livre, ce sont les événements du film Star Trek the motion picture qui le précède de six moix. Dans ce film, Spock tente une fusion mental avec V'ger et souffre par la suite d'une sorte de traumatisme. Dans the more the things change, il est toujours en convalescence et tente d'accepter les émotions humaines, que V'ger à fait ressurgir en lui, plutôt que de les refouler.  Un détail très important pour comprendre le comportement de Spock durant ce livre.
Autre invité de marque pour donner la réplique à Christine Chapel : la Trill Audrid Dax. Elle est la malade confié aux bon soins du Dr Chapel (qui ignore tout de sa véritable nature) et qui doit être évacué le plus vite possible vers un vaisseau Trill proche. 
Détail amusant, The more the things change se déroule 10 ans après Sins of the mother, l'histoire racontée dans The lives of Dax.
Parlons maintenant du personnage de Christine Chapel qui est pour une fois est la star d'un récit.
Scott Pearson va nous expliquer pourquoi nous ne l'avons plus vue dans les autres films Star trek, comment est sa relation avec Spock à ce moment de sa vie et ses projets pour l'avenir. En filigrane de tout ça, Pearson nous fera découvrir qu'elle est capable de piloter une navette, de donner des ordres, et qu'elle sait utiliser un phaseur. 
On pourra par contre lui en vouloir d'avoir placé là Audrid Dax sans réellement justifier sa présence ou bien encore la motivation des mystérieux agresseurs qui sert de prétexte, totalement bateau pour donner un peu d'action à l'intrigue. En dépit de ça, voir le duo Chapel/Spock discuter est un plaisir sans nom, se remémorer "sarcastiquement" leur ami mutuel le Dr Leonard McCoy est délicieux. 
L'un des gags récurrents, dans The more the things change, étant Christine Chapel se rendant compte que le Dr McCoy lui refilé certaines de ses habitudes et expressions. Rien de vraiment flagrant, mais juste assez pour que cela l'agace au plus au point.        

Ce court livre n'intéressera malheureusement que les fans de Star Trek et son exclusivité au format ebook limitera son accessibilité. C'est bien dommage car j'y ai passé un excellent moment, fortement nostalgique à revoir ses personnages. Sa simplicité d’exécution m'a charmé. Il est loin d'être parfait, comme je l'ai dit plus haut, mais ses qualités contrebalance ses menus défauts.   

Star Trek the original series : The more the things change, scott Pearson,  Pocket Star (23/06/2014), 90 pages