Alice, les derniers outrages au mythe

Depuis maintenant plus de 30 ans, les contes pour enfants sont sous haute surveillance. Les psychiatres les décortiquent, la télé les adaptent en dessins animés pour remplir leurs cases jeunesses, le cinéma les modernisent et les romanciers qu'en font ils ? Voici un début de réponse avec le livre de Georges-Olivier Châteaureynaud.

De l'autre côté d'Alice contient trois nouvelles qui ne sont liées qu'indirectement aux contes qu'ils citent en références. Châteaureynaud en profite pour leurs donner une résonance réaliste et glaçante.
La première nouvelle s'intéresse à Charles Ludwige Dogson (le vrai nom de Lewis Carroll) et à son vice inavouable, la seconde à une adaptation théâtrale de Peter Pan par un riche excentrique, la dernière elle inverse l'histoire de Pinocchio, le petit garçon se fabrique un père. Les nouvelles liées à Alice au pays des merveilles et à celle de Peter Pan ont déjà été publiés au éditions Mnémos dans des recueils de nouvelles : Mission Alice [2004] et Les ombres de Peter Pan [2004].

"Un dernier mot : Carroll, Barrie, Collodi ont écrit délibérément pour les enfants Pour autant ces trois histoires inspirées de leurs oeuvres ne devraient pas être mises entre des mains trop jeunes" Georges-Olivier Châteaureynaud.

De l'autre côté d'Alice (ce drôle de Lewis Carroll) : Lewis Carroll inventât les aventures d'Alice au pays des merveilles pour faire plaisir à un petite fille, Alice Lidell (photo sur la couverture), mais sa mère se méfiait de Lewis Carroll. Elle trouvait qu'il aimait trop la compagnie de sa fille de 10 ans, elle finit par lui interdire de la voir. Châteaureynaud débute son histoire à ce moment précis, Charles Ludwige Dogson ne se remet pas de cette "rupture" et se rend dans le quartier de Withechapel pour y trouver une "fille", pré-pubère, de préférence. Je vous laisse deviner pourquoi.
Angus Lamb (un autre Peter Pan) : Angus Lamb souhaite vivre son rêve, être Peter Pan. Il décide de monter sa propre version de la pièce de James Barrie , "Peter Pan". Il faut dire qu'avec son physique de bodybuilder en collant vert et sa quarantaine d'année, il est parfait pour le rôle =). Bella, une jeune actrice, a été choisie pour interprétée le rôle de Wendy et c'est à travers son regard que l'on suit le déroulement de la pièce. Pourtant tout n'est pas aussi simple Angus Lamb est atteint d'une maladie bien connue des fans de Michael Jackson : le syndrome de Peter Pan.
Épinoche et Smadjo (un sacré Gepetto) : Épinoche est un petit garçon sérieux et studieux qui vit seul sur le toit d'un immeuble. Il est très entourée, de femmes principalement, mais il rêve d'un père. Quand un magasin de prêt à porter pour homme se débarrasse d'un de ses mannequins, Épinoche le récupère. Il le baptise Smadjo. Dans la nuit une fée donne vie au mannequin. Dés Le lendemain, Épinoche se rend compte que Smadjo n'est pas le père idéal qu'il aurait souhaité. Son nouveau père se soûle et fréquente des femmes de petites vies. Épinoche va réagir et la fée, elle aussi, va en subir les conséquences.

Ces trois nouvelles sont plus ou moins digestes. Celle d'Alice est insupportable à lire, le thème est révoltant et me donne la nausée, plus convenue celle de Peter Pan recèle des perles de noirceurs malgré un début humoristique, l'adaptation inversée de Pinocchio est la plus réussie, malgré un Épinoche tête à claques, elle mérite une lecture pour sa vision moderne et sa fin provocatrice.

"De l'autre côté
d'Alice", Georges-Olivier Châteaureynaud, Edition Le Grand Miroir [2007], 105 pages.

1 commentaire:

Schlabaya a dit…

Oui, la nouvelle sur Alice est déplaisante par certains côtés, mais c'est malheureusement une réalité, et Lewis Carroll semble avoir eu certains penchants peu reluisants, même s'il ne les a probablement pas satisfaits... L'auteur ne fait pas l'apologie de ce genre de pratiques, en tout cas.