Une veuve dort seule

Ce n'est pas la première fois que parle ici d'un livre de Stanislas André Steeman (voir Autopsie d'un viol), cet écrivain belge est surtout connu comme le spécialiste des meurtres en chambres closes et comme l'auteur de "L'assassin habite au 21", mais sur ce blog je n'ai lu, bien malgré moi, que ses polars iconoclastes.
Dans la postface de ce livre, j'ai découvert que Steeman avait été poussé vers la sortie par son éditeur de l'époque parce que certains de ses polars ne ressemblaient pas à des polars classiques.
Encore une fois ce Steeman envoit valser les clichés du genre, pour décrire la préméditation d'un meurtre. Un enquêteur charismatique ? une liste de suspects ?, vous n'en trouverez pas ici, la future coupable est désignée dés le début.
Tuer son mari est une tâche ardue, l'héroïne de ce livre en sait quelque chose.

"Rien ne la prédisposait au crime. Et pourtant Christine, jeune veuve un peu terne, épouse Armand, coureurs de jupons repenti. Mais il faut bien remplacer une passion par une autre, et le mari se jette bientôt à corps perdu dans le jeu, obligeant sa femme à recourir à des solutions extrêmes..."
Extrait du quatrième de couverture.


Arnaud et Christiane vivent une petite vie tranquille à l'abri du besoin dans une villa sur la côte d'azur. Arnaud vient de commencer l'écriture d'un polar, un bon truc d'après lui pour contrôler son addiction au jeu. Tout content d'avoir fini le premier chapitre, il se précipite pour le faire lire a sa femme. Pauvre Christiane le premier chapitre de ce polar quasi autobiographique n'est qu'un vil règlement de compte contre elle, car oui cette Christine insignifiante que son mari n'a jamais aimé et qui est stérile c'est elle.
Christiane décide de prendre sur elle pendant que Arnaud essaie de la convaincre qu'il est comme Balzac et Shakespear et qu'il s'inspire de la réalité. Quand l'addicton au jeu d'Arnaud prend le dessus sur ses talents littéraires et met en péril la situation financière du couple, Christiane pense au roman de son mari. Oui la solution envisagée par Christine n'est pas une si mauvaise idée. La situation de Christiane va pourtant se compliquer quand elle va demander l'aide de son premier mari. Le jardinier fétichiste de Christiane et un flic ripou de passage vont mettre leurs grains de sel dans son plan qui semblait pourtant si simple.

Stanislas André Steeman écrit encore un polar à savourer au second degré. Une veuve dort seule ressemble à un vaudeville à l'humour noir prononcé, le mari est un salopard et le lecteur donnerai bien un coup de main à sa femme. Drôle et accrocheur principalement grâce à son héroine maladroite, ce livre aurait mérité une adaptation quelconque, cinéma ou théâtre.

"Une veuve dort seule" [1960], Steeman Stanislas André, Librairie des Champs-Elysées, Collection le Masque [2001], 158 pages.

Ps: cet article est dédicacé à la personne qui a tapée avec la force du désespoir dans Google : "je vis vivre avec un homme atteint du syndrome de peter pan dois je le quitter ?" et qui a atterrit sur mon article sur le livre "De l'autre côté d'Alice".
Comme sa recherche Google m'a fait un peu de peine et que je ne peux pas lui conseiller la solution de Christiane, je lui propose ma solution personnelle (et légale) : Quitte le !

1 commentaire:

Cultiste a dit…

Ma connexion internet vient de rendre l'âme (après quelques soubresauts le mois dernier), retour au SAV pour elle et pas de box de remplacement pour moi.
Je crois que je déprime...