Celui qui bave et qui glougloute

Non, celui qui bave et qui glougloute, ce n'est pas Cultiste après un excès d'Irish coffee (quoique !).
Souvent quand les polars et les romans japonais commencent à me lasser, je me change les idées avec un livre a l'ambiance décalé, mais jugez plutôt.

1890 dans l'ouest américain, les tuniques bleus sont en guerre contre les tribus indiennes mais depuis quelques mois d'étranges rapports arrivent au quartier général. Les indiens aidés par de mystérieux alliés mènent une contre attaque et refoulent l'armée vers les territoires de l'est. Une rumeur inquiétante circule sur l'identité de ces mystérieux alliés. Sont ils des habitants d'une autre planète ou bien des esprits ayant pris formes humaines ?
Pour le découvrir le gouvernement engage Kit Carson le chasseur de primes, le professeur lévêque éminent spirite français et Nat Pinkerton héritier de la célèbre agence de détectives , pour dénouer ce mystère.

"A cet instant, comme s'ils avaient entendu l'officier, les sioux fondirent dans un parfait ensemble sur le camp retranché improvisé, dans un concert de cris à glacer le sang. Sans doute l'absence de réaction des Tuniques bleus les avait-elle enhardis.
-Préparez-vous à faire feu ! ordonna le lieutenant. A mon commandement...
Sa voix s'étrangla dans sa gorge à la vue du rai de lumière écarlate qui venait de frapper le rocher non loin de lui, creusant un petit cratère fumant dans la pierre grise. Il leva les yeux, en quête de l'origine de l'éclair mortel et paradoxalement, l'horreur qui l'envahit lorsqu'il la découvrit lui rendit l'usage de sa langue et de ses cordes vocales paralysées par la stupeur.
-Feu ! hurla t'il, incapable de détacher le regard de l'impossible créature verte à quatre bras qui chevauchait parmi les sioux."
Extrait du premier chapitre.

Dans le même esprit que "H.P.L (1890-1991)", l'histoire de Roland C.Wagner accumule les références et les clins d'oeil. Cette fois ce sont les légendes du Far West qui font des apparitions : Doc Holliday, Wyatt Earp, Calamity Jane, les Daltons, Jesse James, Buffalo Bill et même le journaliste Sam Clemens (Samuel Langhorne Clemens alias Mark Twain). Les spécialistes auront remarqués que certaines de ses légendes sont censées être mortes au moment de l'histoire, comme Doc Holliday mort en 1887, Wagner n'écrivant pas un récit historique mais de science fiction, moi ça m'est égal =) .
Si Lovecraft n'apparaît pas en personne dans le récit, grâce à la présence du professeur Lévêque, Roland Charles Wagner le cite parfois (on est fan ou on ne l'est pas !). Le mélange curieux de Far West et de science fiction fonctionne plutôt bien, même si la répartition des deux genres n'est pas égale tout au long du livre. Mon seul regret concerne la fin un peu vite expédiée.
"Barman, un Irish coffee et que ça saute !."

"Celui qui bave et qui glougloute", Wagner Roland C, Éditions Actu SF, Collection les Trois Souhaits [2007], 89 pages

Aucun commentaire: