L'affaire Bardouillet

Jamais deux sans trois prédit le dicton populaire.
C'est donc ma troisième incursion dans les enquêtes d'Harry Dickson, un troisième volume un peu à part.
L'affaire Bardouillet ne compte que 45 pages, pour compléter le volume Jean Ray écrivit 2 histoires supplémentaires plus courtes : Le portait de Mr Rigott (31 pages) et Le cas de Maud Wantey (12 pages).
La collection Harry Dickson publiée par les éditions Le Cri respectant les fascicules originaux, l'affaire Bardouillet est publiée de manière identique à l'originale de 1935.
L'affaire Bardouillet est la 148 ème aventure d'Harry Dickson.

Charles Bardouillet, myope et discret jusqu'au jour ou on le découvre mort, faisait chanter les riches, dont Hamilton Melton - l'amant de Lady Elisa Ogilvy - qui, lui aussi, vient de passer de vie à trépas, mais en se suicidant, ruiné.
Le maître chanteur aurait pu être la victime d'une de ses proies, si Lady Elisa Ogilvy ne prétendait l'avoir vu bien vivant et avoir été, à nouveau, l'objet d'une tentative de chantage de sa part.
Par ailleurs, la comédienne Charlotte Hyams a certainement joué un rôle trouble d'intermédiaire entre Bardouillet et Lady Ogilvy : elle fréquentait d'autres victimes de Bardouillet ! Autant d'intrigues que le fameux Harry Dickson aura à débrouiller, sans compter la disparition, depuis quelques jours, du comédien Bell...
Extrait du quatrième de couverture.

L'affaire Bardouillet :
Ou Harry Dickson fait montre de ses talents pour le déguisement et l'espionnage de demoiselles. Première victime, Charlotte Hyams, une femme vers qui tout les soupçons semblent se porter, mais Harry Dickson la sous estime, commence alors une confrontation amusante entre les deux personnages. Une note d'humour et de tension sexuelle bienvenue qui ne dure, hélas, que quelques pages.
Le duel amical Dickson/Hyams fait décoller une histoire qui avait bien besoin de légèreté, plombée qu'elle est, dans sa première moitié, par une intrigue plus que banale. La découverte du meurtrier est elle aussi peu surprenante, même si l'auteur tente de la présenter de manière originale en impliquant de manière artificielle un personnage.

Le Portrait de Mr Rigott :
Mrs Rigott,
vénérable femme Anglaise a invitée des amis pour le tea time. Lors de l'après midi, un de ses invités lui apprend que la mairie a été cambriolée, le voleur n'aurait pas volé de biens précieux mais aurait mis la pagaille dans des documents officiels. Le soir même, le fils de Mrs Rigott disparaît, morte d'inquiétude, elle cherche le réconfort dans le portrait de son défunt mari... pour s'apercevoir qu'il a lui aussi disparut. Heureusement pour elle, Harry Dickson passait par là et très rapidement, il émet l'hypothèse que tous ces évènements sont liés.

Le cas de Maud Wantey : Harry Dickson accompagné par son élève Tom Wills (véritable acolyte boulet, déjà présent dans Le lit du diable) patrouillent dans le quartier malfamé de Rotherhite. Tout à coup, de la cave d'une maison de triste réputation Snake House, un cri retentit. Dickson et son élève accourent et découvrent une scène étonnante,
Gorrock, un émule de Jack l'éventreur et sa victime immobilent, la jeune femme est évanouie et sa joue arbore une cicatrice en forme de serpent, tandis que Gorrock, l'homme recherché depuis des mois par la police londonienne est hébété un couteau à la main. Après avoir maîtrisé sans peine le criminel et l'avoir conduit au commissariat, Gorrock meurt. Le commissaire ordonne une autopsie qui révèle des cicatrices sur son corps ayant la formes de serpents identiques a celui de sa victime.

Trois histoires de qualités variables avec quelques bonnes surprises, l'incursion dans le monde du théâtre et son personnage féminin pour l'affaire Bardouillet (un peu comme dans Cric Croc le mort en habit), l'ambiance so british du portrait de Mr Rigott et celle plus fantastique du cas de Maud Wantey mais globalement ses trois enquêtes sont un cran en dessous de celles présentes dans les deux premiers volumes.

L'affaire Bardouillet, Jean Ray, Éditions Le Cri [2007], 98 pages. Édition originale [1935]

Aucun commentaire: