Star Trek Countdown


Pour des raisons techniques (maudit pc !), je ne peux vous proposer le deuxième tome de la série Star Trek New Frontier.
Pour me faire pardonner, je vous propose la préquelle du récent film Star Trek.
Attention cet article contient de petits spoilers sur le film.


Ce tpb ne sortira jamais en France, une cruelle vérité qui cache un malaise. Celui de la France et de la franchise Star Trek.
En France Star Trek c'est ringard, la faute à une tardive diffusion télé (la série des années soixante) et une obscure diffusion des séries Star Trek modernes sur le satellite (toutes les autres). Je vous épargne les blagues sur les pyjamas et les oreilles pointues que j'ai vu refleurir depuis la mise en branle de la promo du film. En France, Star Trek c'est synonyme de la série classique avec Shatner, Nimoy et Kelley et puis c'est tout.
C'est probablement pour cette (mauvaise) raison que ce trade paperback n'a jamais été traduit en France et ne le sera jamais.
Une autre raison possible serait que les éditeurs de comics français ne veulent pas prendre de risques, mais ce n'est évidemment pas leur genre n'est-ce pas ?.
Pour traduire des comics de super héros ou la dernière "arto-pédophilerie" d'Alan Moore, ça, il y a du monde, mais pour ce "tout petit"
Star Trek Countdown, personne. Oui je suis aigri ! ^^

Ce Star Trek Countdown a t'il vraiment autant d'importance ? Je répondrais oui, car il comble les zones laissées obscures par le scénario du film et approfondit l'histoire de Nero.
Nero, méchant charismatique du film est le grand gagnant de cette série de comics, il devient grâce à cette préquelle une figure tragique, un homme poussé dans une folie meurtrière par une souffrance insupportable
Commandée à l'origine par les scénaristes du film, Roberto Orci et Alex Kurtzman, cette série de quatre comics (publiée durant les quatre mois qui précédèrent la sortie du film,) a été écrite par Tim Jones et Mike Johnson deux scénaristes peu expérimentés dans ls comics, Johnson a travaillé chez DC pour la série Superman/Batman et Jones n'a pour seul fait de gloire qu'un scénario pour la série télé de Bruce Campbell : Jack of all trades (Imdb).
Star Trek Countdown a en outre un autre objectif, celui de rattacher de manière officiel le film de J.J. Abrams au dernier film de la franchise en date, le contesté (et à juste titre)
Star Trek Nemesis (imdb).
Il a ainsi le rôle de passeur de témoin entre deux castings cinématographiques, comme ce fut le cas en 1994 pour le film
Star Trek Génération (imdb) ou l'équipage de la série originelle laissait sa place au cinéma à celui de la série Star Trek the next generation.

Huit années se sont écoulées depuis, les évènements de Star Trek Nemesis, la Fédération a conclu une trêve fragile avec l'empire Romulien et un semblant de démocratie semble enfin régner sur Romulus. Profitant de ses temps de paix, Un ambassadeur vulcain à élu domicile sur Romulus, Spock, lui qui a longtemps rêvé de créer des ponts culturels entre Romulus et Vulcain, son rêve est sur le point de se réaliser.
Pourtant, aujourd'hui l'heure est grave, l'étoile principale d'un système solaire voisin est sur le point de se transformer en supernova, l'étoile Horbus en se transformant provoquera une explosion titanesque engloutissant les systèmes solaires voisins, y compris celui de Romulus.
Une équipe de mineurs Romuliens assiste à des explosions préliminaires
de l'étoile Horbus et manque de peu d'y laisser leurs vies. Heureusement leur jeune capitaine, un certain Nero, décide de sacrifier la plateforme minière sur laquelle ils travaillaient pour que l'équipe de mineurs puisse avoir le temps de s'enfuir. Le capitaine Nero de retour sur Romulus décide de prévenir le sénat romulien de ces évènements. Nero découvre avec surprise qu'un vulcain l'a déjà précédé (devinez qui ?). Le sénat ne semble pas prendre cette menace au sérieux, Néro tente bien de défendre l'argumentation de Spock, mais en vain. Seule solution agir dans le dos du sénat et avoir recours à une technologie vulcaine ainsi qu'à un minerai précieux et rare le decalithium. Première étape aller sur Vulcain demander l'autorisation d'utiliser cette technologie, ultra secrète, permettant de créer des trous noirs artificiels, d'après la théorie de spock, cette technologie permettrait de contenir l'explosion de l'étoile Horbus.

Nero propose à l'ambassadeur Spock de l'accompagner en tant que représentant romulien.
Spock contacte alors son vieil ami, l'ambassadeur terrien sur Vulcain, Jean Luc Picard, lui-même contacte le nouveau capitaine de l'enterprise, l'androide Data
. C'est donc entouré de son équipage de mineurs et l'entreprise et ses figures de légendes que Nero fait route vers Vulcain. Là-bas, la situation est plus complexe que prévue, le conseil Vulcain refuse de préter sa technologie "sensible", de peur de la voir voler par les Romuliens. Spock ne désespère pas de convaincre le conseil mais, Nero, lui, s'impatiente. La nouvelle tombe comme un couperet, l'étoile Horbus est devenue une supernova, plus rapidement que prévue, Romulus est perdu. Nero dans une tentative désespérée de sauver sa femme et son fils à naitre retourne à bord de son vaisseau et met le cap sur Romulus. Il arrive trop tard, elle explose sous ses yeux, la seule pensée qui le traverse est la perte de sa femme et son enfant. Lui, le mari aimant, le patriote devient un apatride, un des derniers survivants d'une espèce menacée. Une haine le submerge, une haine qui cherche des responsables ...

Scénaristiquement ce Star Trek Countdown est une réussite, à la fois simple, accessible pour un public non averti et multipliant les caméos de personnages connus pour les fans. Pour des quasi-débutants Tim Jones et Mike Johnson s'en sortent avec les honneurs. Mon principal doute concerne les dessins et la colorisation de David Messina, le dessinateur italien, lui aussi un quasi-débutant, surtout connu pour sa participation au comics de Joss Whedon, Angel (chez IDW). La qualité des dessins de ses dessins est irregulière, tantôt magnifiques, les illustrations de début de chapitres notamment, tandis que certaines cases sont de qualitées moindre et assombries éxagérement. Je reconnais que son travail n'a pas du être facile, surtout pour les visages, Spock devait ressembler à Leonard Nimoy et je ne parle pas des personnages de tng, en ce qui concerne ce point précis il s'en tire très bien (son data semble avoir prit vingt kilos mais il est bien reconnaissable).
Malgré ces petits défauts, ce tpb est indispensable pour les fans du film et je le recommande chaudement, mais je suis partial ^^

Star Trek Countdown, D'après le scénario original de Roberto Orci/Alex Kurtzman, Scénario Comics : Mike Johnson/Tim Jones, Dessin David Méssina, IDW Publishing, 100 pages

14 commentaires:

Dr. Strangelove a dit…

Bien que grand amateur de Star Trek, je ne savais pas que Nemesis, que j'avais trouvé plutôt bon, était contesté. Pouvez-vous me dire pourquoi ?

Cultiste a dit…

Il est surtout contesté en terme de qualité. Le principal reproche fait à Nemesis concerne son scénario peu original (des dialogues entiers de Star Trek tng ont été pompés et certaines scènes du film semble être des remix de scènes déjà vu précedemment dans cette même série) et je ne parle pas des erreurs de continuité flagrantes(Data et son ancien modèle sortit de nulle part par exemple).

Dr. Strangelove a dit…

Ok je le réévaluerai donc une fois que j'aurai fini de voir en entier TNG (j'en suis en milieu de première saison, j'ai encore un peu de chemin à parcourir). Quant à la BD que vous présentez, sûr que le personnage de Nero mérite vraiment un appronfidissement, et je regrette comme vous l'absence de traduction française de ce genre d'ouvrage.

Cultiste a dit…

On le trouve facilement sur Amazon.fr ou uk, si l'anglais ne te rebute pas.

ps : le vouvoiement n'est pas obligatoire, nous nous sommes croisés sur suffisamment de commentaires de blogs pour que tu me tutoie.

The Bursar a dit…

Je n'ai pas encore vu Nemesis, vu que je me suis arrêtée dans les films au VI, et que je n'ai pas accroché à next generation, mais ce comic pique ma curiosité, je suis curieuse de voir comment Spock s'est retrouvé au coeur du problème de la survie de Romulus.

Cultiste a dit…

Bonjour Bursar

je te conseillerais plutôt de voir le récent film Star Trek (le dvd sort en décembre, il sera donc en location prochainement).
L'explicaton de la présence de Spock s'y trouve et cela te permettras de redécouvrir la franchise Star Trek avec un film de qualité.


(Messieurs de la Paramount envoyé le chèque ! ^^)

The Bursar a dit…

J'ai prévu de l'acheter dès sa sortie, amazon l'annonce pour fin octobre. J'ai adoré le nouveau, mais l'explication que Spock donne de sa présence est assez rapide, parce que ça ne nous explique pas vraiment comment les ROmuliens ont pu remettre leur survie entre les mains d'un Vulcain, mis à part le fait que c'est Spock. ça ne complète pas tout à fait l'écart entre l'épisode de TNG où Spock essaie de rapprocher les ROmuliens et les vulcains et le film.

Cultiste a dit…

Je pourrais t'expliquer mais ce serait très long car ses un enchainements d'évennements qui a menés les Romuliens à accepter l'aide de Spock et de laz fédération.

Mais pour faire court je te repondrais que le gouvernement militaire de jadis à été désavouer par la population, la fédération en a aussitôt profité pour proposer une alliance (voir Star Trek Nemesis et des épisodes de Star Trek DS9), les terribles services secrets Romuliens ont été réduit à rien (voir Star trek DS9 saison 3)et pour finir Spock leur a un peu forcer la main =) (Star Trek Countdown).

je ne l'ai pas lu mais il y novellisation du film qui parait-il est plus complète en informations. j'attend la sortie du dvd pour le lire.

The Bursar a dit…

Merci pour les explications, comme je n'ai pas le satellite, je n'ai dû voir que deux épisodes de Deep Space 9.... en plus c'est terrible le prix où ils vendent les saisons... c'est dommage que ce ne soit jamais dans les coffrets soldés d'amazon.

J'ai effectivement aperçu la novélisation du film chez Gibert, c'est d'ailleurs un des rares livres sur Star Trek qu'ils ont. ça ne me tente pas trop, parce qu'en général ça n'apporte pas énormément plus que le film, mais j'attendrai avec intérêt ton avis dessus.

lael a dit…

ah donc c'est bien ça, j'ai eu oui dire sur ce comics. remarque ce serait peut être pas idiot de lire une comic en anglais plutôt qu'un roman pour commencer (comme je disais je suis vraiment nulle en anglais.) Bon par contre je suis pas trop fan du nouveau film. Mais qui sait...
Quand aux romuliens, j'ai jamais compris quand on est en guerre avec eux et quand non, ça semble changer en permanence depuis TOS !

lael a dit…

heu et comment ça "le capitaine data" ?! alors le transfert de conscience dans l'autre modèle de data a marché donc ? toute façon c'est tellement capillotracté mouarf XD

Cultiste a dit…

Bonjour lael (bis)

Star Trek Countdown est sortit en langue française : http://bibliothequeinnsmouth.blogspot.fr/2010/02/star-trek-compte-rebours.html

La Fédération n'a jamais été alliée aux romuliens (sauf très temporairement dans DS9). Si tu regardes le dernier épisode de TNG, tu verras que le sort de Data était déjà connu bien avant Némésis ou ce Star Trek Countdown ^^

lael a dit…

roh ben ça alors, jme souviens plus ! (après avoir relu le résumé :) ah oui Picard visite l'avenir mais bon c'est pas très fiable je trouve (lui à moitié sénile il me semble... bon ils ne prennent pour fou aussi à cause de ses bonds dans le temps. *perplexe*)

sinon pour les romuliens ok on est pas copain, alors c'est on alterne guerre froide et frittage musclé de temps en temps c'est ça ?

Cultiste a dit…

En gros c'est ça oui :)