Chouquette

Quelle femme de soixante ans, aujourd’hui, peut sans grimacer s’entendre appeler “mamie” ? 
Pas Chouquette, qui a réglé le problème en recyclant le surnom de ses tendres années, au grand dam de sa fille Adèle, laquelle rêve pour son petit Lucas d’une vraie grand-mère.
N’empêche, vraie ou fausse, c’est bien Chouquette qui doit jouer les baby-sitters de luxe auprès de son petit-fils renvoyé de sa colo pour cause de varicelle… pendant qu’Adèle est partie sauver le monde au fin fond de l’Afrique.
(résumé editeur)

Emilie Frèche est une jeune romancière française ayant quatre livres à son actif, Les Vies denses (2001), Une femme normale (2002), Le Sourire de l’ange (2004) et Le Film de Jacky Cukier (2006). Elle a aussi écrit deux livres sur fait divers et ses répercussions, l'un  autour de la mort d’Ilan Halimi : La Mort d’un pote (en 2006) et un autre en 2009, avec Ruth Halimi, Vingt-quatre jours. La vérité sur la mort d’Ilan Halimi. Emily Frèche est aussi la directrice d'une jeune maison d'édition : Les éditions Moteur.
Pour ceux qui se demandent si Emily Frèche est une parente du pas très catholique Geoorges Frêch, la réponse est non ;)

J'ai emprunté ce livre, imaginant lire une sorte de farce entre une tatie Danielle et son insupportable petit fils. C'est tout du moins ce que laisse penser le résumé du quatrième de couverture. Dans les dix premières pages, le livre tient les promesses du résumé de l'éditeur puis le récit bifurque vers un portrait de femme bafouée. L'héroïne, Chouquette, est une femme que son mari multimillionnaire trompe depuis une bonne vingtaine d'année et qui vient de la quitter. Au comble du désespoir, elle tente de faire revenir son Jean Pierre en faisant amie-amie avec la première maîtresse de celui ci, se rajoute à l'équation familiale son petit fils malade et sa fille hystérique (revenue très vite d'Afrique pour culpabiliser sa mère). L'histoire se déroule durant la révélation de la crise financière de 2007, Emily Frèche utilisant le copier/coller d'articles de journaux sur quatre pages pour planter le décor et lui donner un très factice soupçon de réalité. Chouquette fait le  portrait de trois femmes pathétiques, une femme soumise qui accepte les maîtresses de son mari à la table familiale  (Chouquette), une maîtresse incapable d'avoir des sentiments amoureux et qui ne sort qu'avec des hommes mariés (parce que c'est plus facile !), une fille trentenaire colérique qui reproche à la terre entière ses manques affectifs (Jean Pierre est, non seulement, un salopard qui obligeait sa femme à servir ses maîtresses à table mais en plus c'est un mauvais père).
En bref, Chouquette est un livre sans originalité sur le thème, les hommes ces salauds qui plaira aux féministes et aux castratrices en herbes.
En bonus, elles y trouveront quatre articles de journaux sur la crise financière...

Chouquette, Emilie Frèche, Actes Sud [02/10], 134 pages

3 commentaires:

The Bursar a dit…

Dommage. Quand j'ai lu le résumé, j'ai moi aussi cru que ce serait plus léger, plus genre Absolutely fabulous. Mais là, si c'est une histoire de vie ratée, sur le thème de la famille, ça ne me tente pas du tout.

Geoffrey a dit…

tu oublies de dire: ces articles sur la crise,ils sont bons au moins ? :p

Cultiste a dit…

@The Bursar : moi aussi j'aurais voulu que cela ressemble à Absolutely Fabulous mais non c'est bien un un roman sur une sexagenaire qui à raté sa vie parce qu'elle était amoureuse du mauvaise homme (sic !)

@Geoffrey : Comment dire ça... ce sont des articles de journaux recopiés, oui ils sont bons (pour des articles datant d'il y a 3 ans ^^)