Comment vivent les morts

Où donc est-elle allée, la belle Marianne qui réjouissait par ses chansons la bonne société de ce patelin de la campagne anglaise ? Et pourquoi reste-t-il invisible, ce chef de la police locale ? 
Et quel jeu joue-t-il, ce chef d'entreprise de pompes funèbres ? Serait-ce que, dans les petites villes, les malfrats valent largement ceux des grandes métropoles ?
Une étrange et romantique histoire d'amour fou.

(résumé du quatrième de couverture)


Des quatres livres de la série de l'usine que j'ai lu celui ci est mon préféré et malheureusement pour moi, celui ou une tentative d'explication sans spoiler les surprises de l'intrigue est quasiment mission impossible. Commençons par le début. Le personnage principal est un nouveau personnage, il n'est ni celui de Il est mort les yeux ouverts, ni celui de les mois d'avril sont meurtriers mais comme ce dernier il souffre de problèmes personnels. Toujours sans rien dévoiler, ses problèmes personnels sont beaucoup plus graves et le personnage en est resté traumatisé. La disparue (et supposée victime), Marianne Mardy, une Française et épouse du très aimant Dr William Mardy, tout le monde semblait l'aimer et l'apprécier et pourtant  elle reste introuvable. Heureusement, l'inspecteur de l'A14, lui n'est pas dupe, la police locale ne veut rien faire et les habitants de Thornhill lui semble tous plus louches les uns que les autres. Louches oui mais coupables pas forcément.
Un flic très urbain dans la campagne de Christie ou de James (P.D.), il n'en fallait pas plus pour me plaire.
Si il fallait vous révéler un détail croustillant de l'intrigue, pour vous forcer à lire ce livre, je vous dirais que l'une des clés de l'intrigue de ce livre est lié à la seconde guerre mondiale.
Intrigués ? Je ne vous en dirait pourtant pas plus (même si je crève d'envie de tout vous raconter ^_^ ) et je vous convie à foncer chez votre libraire pour acheter ce livre.

Comment vivent les morts, Robin Cook, Traduit de l'anglais par Jean-Bernard Piat, Gallimard [1986], Folio Policier [2003], Titre original : How the dead live., 355 pages

Aucun commentaire: