Ne vous fâchez pas Imogène !

Imogène McCarthery est une véritable tornade rousse, ses collègues la surnomment d'ailleurs " The Red Bull ".
Cette Écossaise au sang bouillonnant revendique le chardon comme emblème national et serait prête à mourir pour la couronne ! Secrétaire à l'Intelligence Department de l'Amirauté à Londres, elle y sème la zizanie mais se fait remarquer par ses supérieurs pour son sérieux et son dévouement. C'est ainsi qu'elle se voit confier une mission de la plus haute importance : livrer en Écosse les plans ultra-confidentiels du Campbell 777, un avion à réaction révolutionnaire.
Toutes les puissances étrangères sont sur le qui-vive et le voyage de Londres à Callender, son village natal, sera semé de pièges. Il faudra à Imogène toute sa fougue, son courage, voire sa folie pour affronter les dangers qui l'attendent.
(résumé éditeur)

Charles Exbrayat est un romancier Français, un peu oublié du grand public qu'une adaptation cinématographique vient de replacer récemment dans la lumière. Avec une petite centaine de livres publiés entre 1957 et 1985, sans compter les pièces de théatre et les scénarios de films, Ebrayat est ce que l'on appelle en auteur prolifique (trois ou quatre livres par an !). Après avoir tenté de se faire une place dans le monde littéraire avec deux romans de facture très classique, il trouve enfin sa voie, avec son troisième livre, dans le polar humoristique, un genre qu'il ne quittera plus. Sa série des Imogène est de loin son plus gros succès en librairie (7 volumes) suivit de près par son autre série consacrée au duo de policiers Tarchinini/Leacock (8 volumes). La série des Imogène avait déjà connue une adaptation télévisuelle (produite par TF1) qui transposait avec plus ou moins de bonheur l'Ecosse en Bretagne, la nationaliste Imogène McCarthery devenant la régionaliste Imogène Ledantec, 10 épisodes ont été tournés, avec Dominique Lavanant dans le rôle titre (Imdb).

La lecture d'un roman de Charles Exbrayat a de quoi décontenance un lecteur qui le découvre pour la première fois. L'intrigue est, pour lui, un prétexte pour faire vivre à son héroïne une aventure rocambolesque. Imogène McCarthery est une espionne très approximative, une vieille fille au tempérament violent et une ingénue manipulable à souhait, capable de battre un homme à terre avec une pierre et de tomber amoureuse (très chastement) de plusieurs hommes en moins de deux cents pages. Parfois ridicule, parfois touchante le personnage ne laisse pas de indifférent. Les seconds rôles sont aussi particulièrement bien travaillés et même si ils servent souvent que de punching ball à l'héroïne. Dans ses personnages là, j'ai beaucoup aimé sa relation particulière avec les policiers de son village natale qu'elle persécute (involontairement) et à qui elle profère régulièrement des sentences de mort.
La grande force de Charles Exbrayat réside dans la bonne humeur communicative de ses romans et sa faculté à faire rire son lecteur.
Ce n'est pas tous les jours, non plus, ou l'héroïne d'un roman d'espionnage est une écossaise , une femme capable de mettre un coup de genou dans les parties fragiles de James Bond (Sean Connery par exemple ^^).

Ne vous fâchez pas Imogène, Charles Exbrayat, Editions du masque [2010], Éditions des Champs Elysée [1962], 192 pages.

Le paragraphe du C.L.A.P (Livre + Film ) :
J'ai lu les cinq dernières pages de ce livre en attendant la séance du film (oui je l'ai fais exprès :p ).
L'adaptation filmique par les deux scénaristes de Bienvenue chez lez chti's et de RTT (Deux chefs d'oeuvres de la comédie française), cumulant pour l'occasion les postes d'adaptateurs et de réalisateurs, est plate et sans inventions. J'ai connu Catherine Frot, plus inspirée et Lambert Wilson assure le minimum syndical 'comme dans ses derniers films...). Le film alterne les scènes ridicules (inventées pour l'occasion) comme la scène de danse dans le train et les références au rugby. Le film a le mérite d'être parfois drôle (surtout la partie des dialogues copiés/collés du livre original .... sic !). Le film s'élève néanmoins au dessus de la fange des comédies françaises grâce à la présence de madame Frot et les dialogues de Charles Exbrayat.

3 commentaires:

The Bursar a dit…

J'ai lu également le livre. j'aime beaucoup la résignation du chez de la police locale au bout d'un moment. Il faut que j'aille voir le film, mais je n'ai toujours pas trouvé le temps.

Phil Siné a dit…

je n'ai vu que le film, mais qu'est-ce que je me suis embêté... d'accord avec toi pour ton avis sur le film donc... de là à lire le livre... ;)

Cultiste a dit…

@The Bursar : Vois le film quand il sera en location, le film ne vaut pas le prix d'une place de cinéma.

@Phil Siné : Sauf que, cher Phil Siné, dans le cas d'Imogène le film est une mauvaise adaptation du livre (qui lui est drôle) =)