Cinq fatalités


"Je suis l'un des derniers. 
Après une semaine de lutte épuisante pour rester en éveil, je vais à mon tour céder à la nuit car je n'ai pas le courage de mettre fin à mes jours."
(les endormis page 60)

Les pays Anglo-Saxons ont beaucoup de chance. Il ne se passe pas une année,sans qu'au moins une demi-douzaine de recueils de nouvelles Lovecraftiennes ne sortent. Ses anthologies regroupent généralement des nouvelles écritent par de jeunes auteurs avides de se faire connaître. Il y a souvent du bon, voir du très bon dans ses livres. En France, ce genre d'initiative est beaucoup plus rare. Le dernière anthologie originale publiée, consacrée à  des histoires inspirées par Lovecraft date de 2007. Elle était sortie pour célébrer les soixante dix ans de la mort de celui ci (sic !).
Pour les jeunes auteurs français écrivant dans le style du maître de Providence, il ne reste plus que l'auto-édition pour se faire connaître. C'est le cas de Pierre de Beauvillé qui auto-publie simultanément chez deux éditeurs et avec deux couvertures différentes. Vous trouverez les liens en fin d'article. Mon édition est celle de TheBookEdition que je trouve est plus sobre et donc plus belle. Je ne saurais trop vous recommander cette même édition pour une autre raison, plus patriotique, celle là. Malgré son nom l'éditeur est français.

Cinq Fatalités.
Cinq façons d'en finir avec l'humanité.
Cinq évolutions menées à leur terme.
Cinq nouvelles fantastiques et noires
(résumé du quatrième de couverture)

Ce recueil contient donc cinq nouvelles qui ont pour particularités de se terminer très mal pour l'humanité.

_Les engloutis : La plus longue nouvelle de ce recueil (38 pages) raconte la découverte d'un trou noir en expansion dans le salon d'une maison de Munich. Le propriétaire de la maison, puis des scientifiques et ensuite le gouvernement tenteront de contrôler ce phénomène et d'en minimiser les effets.


_Les envahis : Dans un futur pas si lointain, la téléportation est devenu un moyen de locomotion comme les autres. Les cabines de téléportations, pourtant sur jusqu'à aujourd'hui, commencent à tomber en panne et à fonctionner seuls.

_Les endormis : Une épidémie de sommeil touche la population mondiale. Il apparaît bien vite que les endormis partagent le même rêve et que celui ci à une fin abominable. L'un des derniers humains encore éveillé tente de ne pas succomber au sommeil en racontant les derniers jours de l'humanité.

_Les exilés : Le soleil terrestre est sur le point de se transformer en géante rouge, la température terrestre augmentant en conséquence, notre planète est devenue invivable.  La population mondiale s'apprête à la quitter.

_Les retirés : Dans un futur proche, la majeure partie de l'humanité vit dans de gigantesques métropoles polluées. Cependant un petit groupe d'humains ont décidés de vivre dans les campagnes devenues désertes et d'y vivre simplement en communion avec la nature.

Que voilà un bon recueil qui fait plaisir à lire malgré le ton très pessimiste du sujet traité. Cinq façons de voir mourir l'humanité, mais qui à l'exception d'une tendent, vers la Sf la plus pure. C'est justement celle qui est la plus fantastique (Les endormis) qui m'a le plus plu. Elle se révèle prenante et ce malgré un nombre de pages réduit (6 pages). L'autre nouvelle que j'ai particulièrement appréciée, elle aussi trop courte, Les envahis,  rappellera  aux cinéphiles le film : La mouche de David Cronenberg. Même si personnellement j'ai surtout pensé aux épisodes existant dans les séries Star Trek ou les fameux téléporteurs de bord, censés être fiables, connaissent des avaries en tous genres. Les trois autres nouvelles sont bonnes mais ont des défauts énervants, Les retirés aurait méritée , au vu de son sujet écologique, un peu plus de pages, à contrario, je trouve la nouvelle, les engloutis, trop longue et sur la fin un brin répétitive. Même constat pour les exilés qui est probablement la moins originale du livre, l'histoire se basant sur une prévision scientifique archi-connue et développant son histoire autour.
J'ai beau critiquer, j'ai passé une bonne soirée à lire ce livre et a tenter de découvrir quel grand ancien ou créatures de Lovecraft était l'élément déclencheur de la fin de notre monde.
Juste un détail encore l'auto-édition produit des livres relativement cher voir les deux liens qui suivent :
Lulu.com : Cinq fatalités
TheBookedition.com : Cinq fatalités


Cinq fatalités, Pierre de Beauvillé, The Book Edition [2010], 83 pages.

3 commentaires:

Vance a dit…

Intéressant, une anthologie qui a le charme des recueils des années 80 sur des textes des années 70 ! On sent l'influence de Ballard pour ces fins du monde.

pdb a dit…

Bonjour et merci beaucoup pour cette critique, que je découvre par hasard.

Ces nouvelles sont de qualité certes inégales, et l'auto-édition aboutit à des prix élevés (avec des frais de port).

Malgré cela, merci de m'avoir lu !

Pierre

PS : je n'ai jamais lu Ballard, mais bien vu pour les influences comme Lovecraft et la Mouche

Cultiste a dit…

Merci de m'avoir laissé un commentaire monsieur de Beauvillé.

La plupart des recueils de nouvelles dit "professionnels" possède aussi des forces et des faiblesses. Sur ce blog, je ne fais que donner mon humble avis d'amateur.

L'influence de Lovecraft est une des raisons qui m'ont poussé à acheter votre recueil.