Du viagra dans la vinaigrette

Oui je sais. Je me suis plains, il n'y a pas si longtemps que des requêtes douteuses amenaient les pervers du net vers mon blog. Voilà que j'en rajoute une couche. Promis, juré, craché, le prochain livre c'est champagne et moules frites !

Marguerite n'a pas toujours eu de la chance avec la vie. Alors que sa soeur Rose a fait toute sa carrière comme petite main chez Madame Grès, Marguerite, elle, n'a pas eu l'occasion de passer son CAP, de faire dactylo ou infirmière. Alors, Marguerite s'est rabattue sur les hommes ; sa seule issue de secours. Rencontre, mariage, enterrement, construction, destruction, reconstruction, une gymnastique de la vie, à laquelle s'est toujours tenue Marguerite, guidée par son maître, Barbara Cartland et les conseils de sa bible à elle, le Larousse Médical. Pour aider et arriver à ses fins...
(Quatrième de couverture, 1ère partie)

 Eliane K. Arav est d'origine bulgaro-turque,  Après un bref passage par la Suisse, elle s'installe en France avec sa famille. Son parcours universitaire commence par l'étude des langues orientales pour se terminer par des études de peinture. A le fin de ses études elle enchaîne les petits boulots : chauffeur-livreur, voyante, voix pour la radio  etc. Elle devient par la suite journaliste dans L'Echo des savanes puis Libération. Elle publie son premier polar en 1994 : Le penseur de Vallorbe

 À chaque mal son remède et les veuves seront bien gardées. Mais avec Charles, il y a un os. Et rien à voir avec le col du fémur. Musées, vitamine et guêpière, olé ! Alors Marguerite va découvrir la brouette togolaise, la loco du Far West (qui fait tchoutchou) , la position du jeune yogi au-dessus de la rizière du levant... À 69 ans ! Plus les crises de virulence jusqu'aux terminaisons nerveuses ! Marguerite a le blues de la blanquette, et la pilule devient vraiment dure à avaler. Charles a un secret et les carottes vont bien finir par être trop cuites et même, complètement râpées !
(Quatrième de couverture, 2ème partie) 

La collection grise chez baleine est  une collection de polar/roman noir ou les héros sont plus âgés que dans les polars habituels. De 17 à 117 ans proclame la jaquette. La couleur grise étant une référence à la couleur de cheveux des protagoniste principaux.
Du viagra dans la vinaigrette nous plonge dans les pensées de son héroïne, sa rencontre avec Charles son possible futur mari, ses petites petites manipulations pour arriver au mariage et ses plans pour  mettre son futur mari entre quatre planches. A la fois très amusant dans son langage imagé (il y a un petit lexique à la fin du livre qui explique les expressions les plus farfelues) et dans son cheminement. ce livre souffre pourtant d'une fin abrupte, voir bâclée, que je ne m'explique pas. Du viagra dans la vinaigrette à été publié en 2002 et est le deuxième polar d'Elian K. Arav et son dernier en date. J'ai aimé ce livre, j'ai ri au langage plus que familier de Marguerite. La bêtise de ses hommes m'a étonné. J'ai frémis devant le zeste de citron qui assaisonne les carottes râpées (une arme mortelle que Marguerite maîtrise à la perfection). Malgré tout cela, ce livre est un acte manqué, un bon livre mal fini qui, dans ses deux derniers chapitres, transforme le plaisir de la lecture en frustration. Je crois que je préfère encore relire Dirty week-end ...

Du viagra dans la vinaigrette, Eliane K.Arav, Rditions Baleine/ Le Seuil [2002], 98 pages

Fables

<< La petite porte de la cage était restée ouverte. Le petit oiseau d’un bond léger fut sur le seuil et de là, il regarda le vaste monde d’un oeil d’abord, puis de l’autre. Son petit corps fut traversé par le désir frémissant des grands espaces pour lesquels étaient faites ses ailes. Mais ensuite, il se dit : « Si je sors, on pourrait refermer la cage, et je resterais dehors, prisonnier. » La petite bête rentra et peu après, non sans satisfaction, elle vit se refermer la petite porte qui scellait sa liberté.>> 
(Quatrième de couverture, Fable pour Letizia page 41) 

Fables est un recueil de textes de provenances diverses et déjà publiés séparément entre 1891 à 2004. Certains d'entre eux n'avaient jamais été traduit en français et encore moins rassemblés dans un livre thématique. Les fables d'Italo Svevo ne sont pas, en grande partie,  destinés à un public enfantin, il vaut mieux considérer ce livre comme les tentatives d'un auteur dans un genre particulier. A moins, bien sur, de vouloir traumatiser sa progéniture et  devoir passer des heures à calmer une crise de larmes. Pour cette dernière hypothèse, je tiens à préciser que je ne parle pas d'expérience =)


Un lièvre stupide vit passer une automobile. << Oh ! s'écria-t-il. Les hommes ont inventé la roue >>
(Courtes fables pages 40)

Fables fait la part belle aux animaux. Du conte philosophique sur la vie des oiseaux ou d'un chat (Petits secrets, La Mort du chat), à la leçon de vie cruelle sur les rapports de voisinage entre humain et animaux (Rapports difficiles et L'âne et le perroquet ), Italo Svevo raconte aussi sur un ton plus professoral, l'évolution de la relation homme/éléphant dans (L'apologue du Mamouth). La deuxième partie du livre est consacré aux petites fables, d'un paragraphe ou d'une ligne (voir extrait ci dessus), sommairement numéroté et encore plus sommairement rassemblés dans des chapitres au noms basiques (Sans nom ou Courtes Fables). Le livre se termine par deux notes, l'une bibliographique ou vous trouverez des informations sur les textes (première publication, provenance, etc) et l'autre biographique.  
Le registre est familier et ressemble parfois à la nouvelle d'Alphone Daudet : La chèvre de monsieur Seguin. Le ton de ce livre est donc joyeux et le final plein de vie.
Vu la taille mini du livre et la petitesse du prix (3€) vous comprendrez pourquoi j'ai fait main basse sur ce livre et un autre du même auteur  le mois dernier (voir cet article : Ma paresse)

Fables, Italo Svevo, traduit de l'Italien par Dino Nessuno, édition Sillage (2010), 47 pages.

Deuxième année de blog




Voilà ce blog à deux ans et c'est l'heure du bilan

Une année de blog supplémentaire ou Cultiste, le roi de la procrastination pour la seconde année.


L'année dernière je me faisais la promesse de me mettre au boulot (voir mon premier post anniversaire) et comme toutes les résolutions que l'on prend en début d'année, je ne l'ai pas tenu.
Je pourrais vous expliquer que j'ai eu des ennuis informatique (piètre excuse mais vrai), des problèmes de santé lié à ma vue (régler depuis mais vrai) et si ces deux excuses véridiques, cherchant à vous apitoyez, ne suffisaient pas. Je pourrais en rajouter d'autres totalement inventées : enlèvement par des extraterrestres, participation à une émission de télé réalité, etc.
Non la vérité c'est que je n'arrive pas à m'organiser et que bloguer passe toujours au second plan derrière lire un nouveau livre.
Vous vous rappelez quand je vous disais l'année dernière que ce blog possédait plus de 70 brouillons inachevés et bien aujourd'hui j'en possède plus du double (179 pour être précis). Ce blog est donc devenu un monstre qui devient gigantesque à mesure que je lis (1 à 2 livres par semaine environ). Seule solution envisageable : arrêter de lire, le temps que je publie mes brouillons. Cela voudrait dire avoir de la volonté et je n'en possède aucune en ce qui concerne mes lectures donc vous pouvez déjà pronostiquer le nombre de brouillons que ce blog possédera l'année prochaine.  Je vais probablement doubler le chiffre actuel.
Je ne vous ferais donc logiquement aucune promesse concernant la troisième année de ce blog.


Mon ami Google Analytics
Juste une petite sélection de requêtes navrantes venant de google, pour vous prouvez une fois de plus, que j'ai les lecteurs que je mérite.

-cthulhu comment tuer robert marsh
Merci de ne pas attenter à la vie des membres de ma famille !
 -pôle emploi illuminati
La crise touche aussi ce groupe de blogueurs, c'est triste mais je suis avec eux dans cette dure épreuve... :)
-traduction du texte challenges sapphire push 1997
Je demande une traduction pour celui là
-texte expliquant les lasagnes
Cultiste et son chat cuisine toujours ensemble.
entourage de la reine
et la reine des lectrices a un humour so british
Merci à Alan Benett pour ceux ci
-à ceux qui ont en un peu marre houellebecq
-lovecraft-houellbecque raciste?, interview houellebecq lovecraft,  houellebecq raciste
La popularité de Michel m'impressionne toujours ^^
-se+faire+sucer+a+la+biblioteque
Pardon !!!!!!!!
-samantha ne sait rien faire, samantha bonne a rien
, samantha bonne a rien faire en anglais
Je crois que j'ai compris et elle est aussi nulle que ça en anglais samantha ?
-livre de science fiction arbre tree
Aucune idée
-le temps perdu ne se rattrape jamais
Alors, continuons de ne rien faire
... (Jules Renard )
-la réalité je sais ce que c'est et c'est une belle salope precious
Merci au livre Precious pour cette requête très poétique
-jim/spock remix

Ils ont fait un disque ? Et j'ai pas les références...
-bd uss kelvin
Une bd ? Celle ci ?
-4ème couverture livre calamity jane
Calamity Jane ? J'ai lu ça moi ?
-barbara gordon violée
Autopsie d'un viol toujours un succès dans mes requêtes google...
-acteur noir producteur réalisateur américain
Denzel Washington ! 
-comment fabriquer un porte manteau avec presque rien
Je sais pas et puis c'est pas Castorama ici !
-cthulhu film tory vostfr
C'est quoi un tory ? Torrent ?
-calepin ordinaire pour numéros de téléphone et adresses à acheter
Mauvais blog encore...
-imogene ledantec - dominique lavanant - ne vous fachez pas imogène - megaupload
Le piratage une histoire de précision. 
-flanger soundtrack for bibliothéque pascal blogspot
Ok là j'abandonne, il y a des mots mais ça ne veut rien dire.
-quand est pour qui james joyce a t-il ecrit cette histoire dans le chat et le diable
J'ai bien une idée et c'est écrit ici
-"vickie prent la mouche (son petit amie semble"
semble quoi ? Mort et vivant ? policier ? Une femme ? parce que dans le cas de Vickie Nelson il faut spécifier.
-une taupe en plein soleil genre littéraire
Une idée quelqu'un ? Parce que moi je sèche.
-je cherche un livre des fables de la fontaine aux editions librio 
Je n'ai pas ça en rayon.
-est ce qu'on meurt toujours les yeux ouverts 
Aucune idée 
-aretha franklin biographie viol père 
Ah bon il y a une biographie sur Aretha Franklin ?

J'ai vérifié ! Il n'y a pas de bibliothécaire chez les Village People

- annuaire film lgb, comedie lgbt, films lgbt
 Il y a visiblement un public...
-films lbgt
Il ya une erreur, regarde tes petits camarades sur la ligne du dessus...
- filmes lgbt
C'est quoi un filmes ?  Et puis il y toujours une erreur mais pas la même...
 -filmes trio bisex
Ah oui ça ce confirme l'orthographe à changée ! 

-bibliotheque lgbt, bibliotheque homosexuel
Il y aurait un sous entendu sur ce blog et ma personne que cela ne m'étonnerait pas...
-documentaire sur l'homosexualité dans les films américains 
The Celluloid Closet  chez Arte, merci qui ?
-films sur la communauté gay des annees 80
Aucune idée. Quelqu'un en a une ?
-beyond gay bob christie mediatheque 
Moi pas comprendre toi !
-gay romain fournier
C'est qui romain fournier ?  Il est gay ?
-homo romain fournier
Genre reformulons on ne sait jamais. Pour information j'ai bien "lu" un livre illustré par Romain Fournier (on clique ici pour savoir de quoi il retourne). Est il gay ? par contre ça  j'en sais rien !
-polar hero gay, jeune flic en pantalon moulant, film avec policiers homo,
beau goss en cuir.
J'ai jamais parlé de pantalon moulant moi ! Bon j'ai quand même un lien pour toi ami fétichiste qui rêve d'être pris en flag. Clique ici et dis merci ^^

Merci donc à Phil Siné et à son top des films LGBT
pour ces jolies requètes Google. Non vraiment, merci Phil, fallait pas :0)


Remerciements

Pour ceux qui ont laissé un petit commentaire sur mon blog :
_A Vance qui si j'en crois mes requêtes Google à des problèmes de management
_A Cachou et The Bursar pour faire démentir la rumeur qui voudrait que seuls des hommes en pantalon moulant lisent ce blog
_A Geoffrey pour m'avoir prouver le contraire (voir son avatar ^^)
_A Wade Wilson pour l'avoir soutenu (Idem ^^)
_Au Dr Strangelove pour m'avoir corrigé quand mes neurones s'embrouillaient
_A Matt Murdock pour m'avoir soutenu quand j'ai fait une cure de polars sponsorisée par Télérama
_A Kiwi_Kid pour avoir compris une de mes références tordues.
_A Phil Siné pour avoir ouvert ce blog à un nouveau public ^^
_A Dasola pour avoir fait un petit coucou
_A Alexandre Mathis pour avoir fait la même chose
_A Pierre de Beauvillé pour avoir été le premier auteur à commenter sur un de mes articles (celui ci).
_A Guillaume 44 pour avoir confirmer tout le mal que je pensais des scénaristes de Star Trek Nero
_A FG_Cthulhu pour avoir fait acte de présence
Et a Crazy Cat pour avoir abandonné son webcomic le temps d'un commentaire.
Je n'oublie pas tous les timides qui me lisent et ne commentent pas, merci beaucoup à eux.


Et c'est parti pour une troisième année...

Guerre à Harvard

Guerre à Harvard Alors que gronde la guerre en Irak, son écho feutré résonne dans les couloirs de Harvard. Mark, fondateur de Facebook, Will, engagé comme réserviste, Quinn et Izzy, jeune couple à problèmes, Jenny, la fille aux cheveux roses et Nick, notre narrateur, nous entraînent dans la réalité de ce prestigieux campus. Entre la CIA qui vient débaucher des cerveaux et les soirées arrosées.
(Quatrième de couverture)

Fils d'une scénariste de télévision et de l'éditeur d'un journal sportif. Nick McDonell publie son premier livre, en 2004, à l'âge de dix sept ans, Douze, et c'est un succès critique et public. Nick, en bon garçon responsable, continue ses études et rentre à Harvard (excusez du peu). Il publie, en 2006,  de nouveau un livre Le troisième frère et de nouveau le succès est au rendez vous. Nick McDonell devient  reporter aux Times et en 2009, il publie un autre livre : An Expensive Education (non traduit en français pour le moment). Et en 2010, il abandonne la fiction pour publier un livre sur son séjour en Irak : The End of Major Combat Operations.
Encore en 2010, un film basé sur son premier livre, Twelve (IMDb) et réalisé par Joel Schumacher sort dans les cinémas. Ne l'ayant pas vu je ne vous en dirait rien.

Vous l'aurez remarqué Guerre à Harvard n'apparaît pas dans ma présentation de l'auteur car ce livre est, pour le moment, une exclusivité française. Guerre à Harvard est une fiction, une vision d'un campus prestigieux à un moment donné de notre époque, celui de la guerre en Irak. Pas d'histoire principale mais  un ensemble de petits récits raconter par un narrateur/observateur. 

En première année, dans les toilettes des filles au sous sol du bâtiment des sciences, des graffitis parlaient de viol. Sur la porte de l'une des cabines s'étalait une liste : &lt;&lt; J'ai été violée au SPEE, automne 02 ; J'ai été violée  au fox, printemps 01 &gt;&gt;, etc.  Tous les prestigieux du campus y passaient. (page 13)


Le portrait de la faune d'Harvard, dressé par Nick McDonell est à la fois touchante et cynique. Les chapitres se suivent mais ne se ressemblent pas. Certains évoquent avec humour et légèreté, le problème lié au poids des étudiants et le personnel "exotique" de la cantine. D'autres racontent avec lourdeur et beaucoup de clichés l'amour difficile de Quinn et Izzy à trois stades de leur relation. Alors que certains parlent avec beaucoup de sensibilité, de la rencontre du narrateur avec un étudiant en particulier. Il y a aussi les chapitres d'atmosphère ou les protestations contre la guerre en Irak et les souvenirs de Mark Zuckerberg (Fondateur de Facebook et de la même promo que l'auteur) se mêlent pour donner plus d'ampleur au livre. Vraiment dommage pour Nick McDonell qu'il n'ai pas partagé, contrairement à un des ses amis, la chambre de Zuckerberg en première année, celui ci a investit dans Facebook dés le départ et aujourd'hui est un homme riche...

Il y a même un réseau Irak sur Facebook, qui compte huit cent vingt et un membres. Les émissions préférées des membres de ce réseau sont 24 heures chrono, Family Guy, Lost, les Simpson, Scrubs. Les mêmes que dans le réseau Harvard. (page 67)

 
La guerre en Irak est l'ombre qui plane sur tous ce livre, un ombre qui plane sur des étudiants oisifs, friqués et destinés à devenir l'élite d'une nation. Un livre qui pourrait être amoral mais qui trouve dans sa conclusion une grandeur et un patriotisme inattendu. Rien de puant, je vous rassure. L'auteur, comme la grande majorité du campus d'Harvard n'apprécient pas la politique de Georges W. Bush. L'éditeur compare, sur le quatrième  de couverture,  l'auteur à Bret Easton Ellis ce que je trouve exagéré. Ce livre à des défauts rédhibitoires comme les trois chapitres d'Izzy et Quinn  qui ressemblent à un mélo pour adolescentes et n'ont vraiment rien à faire là. Passé ce détail, ce livre est une bonne lecture ou on y trouve à boire et à manger. Je l'ai dévoré en une soirée. Ce livre donne envie d'en connaître plus sur l'auteur ce qui tombe bien car j'ai acheté ce livre pour découvrir un nouvel auteur.
"Guerre à Harvard", Nick McDonell, Traduit de l'anglais -américain - par Samuel Sfez. Flammarion [2008], 95 pages. 

Le paragraphe du C.L.A.P : The Social Network  
Je pourrais dire que j'étais déjà vendu au film avant de le voir, dire que mon admiration, sans bornes, pour Fincher m'aveugle (sauf pour horriblement chiant Benjamin Button _mais on l'a probablement obligé à faire le film, un flingue sur la tempe_ ^^). Mais voilà, j'ai adoré le film. Sa pléthore de thèmes (film sur l'amitié, la revanche social, l'informatique, film de (et deux) procès, film sur l'asociabilité, film sur le succès comme en raffolent les américains. Autant de niveaux de lecture absolument fascinant pour un film qui n'aurait pu être un biopic de plus. Dire que j'ai envie de lire la biographie donc s'inspire le film est un euphémisme. 
Pour ceux qui souhaiterait lire une critique plus détaillée du film (et moins fanboy !), je les convie à se rendre sur le blog d'Alexandre Mathis : Plan-c.