Travailler avec des cons

Travailler avec des cons Nous en avons tous rencontré un jour ou l'autre... et ce n'est pas un privilège ! Ils nous perturbent, bousillent notre vie et celle de millions de salariés. Oui, il était temps de vous donner les astuces permettant de survivre à ces individus : Comment les reconnaître ? les comprendre ? Comment gérer efficacement votre con de bureau « préféré » et transformer l'enfer d'hier en de réjouissants et multiples pièges à cons ? Devenez un très redoutable et très redouté bourreau des cons au travail. (quatrième de couverture)

Une journée au bureau

9h  : Je m'assois à mon bureau et regarde la pile de dossiers qui attendent d'être traités. je retrousse mes manches et empoigne le premier document.
9h01 : You got mail ! Je regarde l'écran de mon ordinateur et me dis qu'aujourd'hui encore je n'y échapperais pas. L'expéditeur ? Mon ami Roger. J'ouvre le mail. C'est une image d'un bodybuilder chevauchant une créature siliconée de sexe indéterminé. Roger à entouré de rouge la bouche de la créature pour bien me montrer l'ombre d'une barbe mal rasé. Pour bien ponctuer la blague, il a écrit en caractère gras en dessous de l'image L.O.L.
9h02 : Je ne rigole pas, je décide de demander l'avis d'un personne plus sophistiquée que moi et je fais suivre le mail à mon patron.
10h00 : Roger vient me voir. Visiblement il s'ennuie et à décider de me raconter le match de foot d'hier soir en détail.
10h45 : je ne tiens plus et lui demande une mi-temps. Je me demande vraiment si il y a autant de PD que le dit Roger dans l'équipe adverse. L'arbitre aussi serait un enculé d'après lui. Une vague histoire de penalty dans une surface de réparation. Je ne comprend pas. Le monde du football me semble avoir bien changé depuis la coupe du monde de 98.
11h30 : La jeune étudiante en stage, préposée au café et aux photocopies, passe à proximité de mon bureau. Roger toujours dans son match de foot s'arrête de raconter et la reluque de haut en bas. D'un geste très classe, il soulève et tâte, au travers de son pantalon, son service trois pièces et déclare qu'il se ferait bien la petite stagiaire sur la photocopieuse. Je lève un sourcil d'indignation mesuré. J'aperçois la malheureuse qui s'enfuit sans demander son reste.
11h45 : Je retrouve ma stagiaire en pleurs assise sur un tabouret entre la machine à café et le ficus en plastique. Je lui propose mon oreille compatissante pour se soulager. Avec tact, je lui dis qu'elle ne doit pas se laisser faire par Roger et qu'elle doit contre-attaquer. Je sors de ma poche un dépliant sur le harcèlement au travail et lui demande de le lire.
 12h30 Je décide de prendre mon déjeuner à mon bureau (carottes râpées en entrée et thon émietté au jus de citron  en plat de résistance, le Yaourt 0% aux fruits rouges sera mon dessert). Oui j'ai des poignées d'amour mais je me soigne. je savoure ce moment de tranquillité quand j'entends dans le couloir : Toujours avec ton repas de femmelette !. Roger m'a trouvé et décide de partager sa pause déjeuner avec moi. Son chiche-kebab dégouline de sauce sur mon bureau. Roger s'excuse poliment et commence à nettoyer avec son mouchoir. Bizarre.
12h45 : Mon repas est fini, celui de Roger aussi. Il se propose gentiment de m'offrir un café. Bizarre.
12h50 : Tout s'explique. Roger veut jeter un oeil sur mon travail. Il agrippe les dossiers que j'ai traités ce matin et les emporte à son bureau.
12h51 : Je souris. Il ignore visiblement que le patron a déjà connaissance du travail que j'ai effectué ce matin. Le premier jour ou j'ai rencontré Roger, il s'est approprié mon boulot.Depuis je fais suivre à la direction tous les dossiers que je traite dés qu'ils sont terminés. On peut tromper mille fois une... euh non c'est pas ça. On peut tromper mille fois mille per... c'est pas ça non plus. Enfin vous avez compris l'idée.
14h : J'aperçois la stagiaire dans le bureau du patron apparemment elle plaide sa cause.
14h30 : C'est au tour de Roger de rencontrer le Big Boss. Mes dossiers sous le bras, il a l'air heureux.
14h45 : Roger sort du bureau du patron. Il fait la gueule. Je viens de gagner ma tranquillité pour l'après midi.
15h45 : Roger ne boude plus et décide de venir me faire la conversation. Ma tranquillité à été de courte durée finalement.
15h49 : Roger me parle de ses plans pour l'avenir. Bien sur, il se voit calife à la place du calife. Il me promet qu'il me nommera son bras droit, le jour ou il obtiendra sa promotion. Moi je pense, que ce jour là, je préférerai  être écrasé par un troupeau d'éléphants d'Asie.
16 h30 : Roger quitte son bureau précipitamment. Il a rendez vous chez le coiffeur comme toutes les semaines à la même heure. N'allez pas croire que Roger tient à sa coupe de cheveux. Non. Il à surtout rendez vous avec la jeune shampouineuse à qui il a fait croire monts et merveilles. En plus il débauche avec une demi heure d'avance.
16h31 : Pour bien finir ma journée, j'appelle madame Roger et je l'informe que son mari à rendez vous chez le coiffeur dans une chambre d'hôtel. La malheureuse s'en doutait.
17h : Enfin la débauche. Je quitte mon travail avec le sentiment du devoir accompli.

Fin : Je suis chez moi et j'observe ma pile de livres à lire. Sur le sommet trône Travailler avec des cons. Un livre que je ne croyais pas apprécier. Un livre écrit sous pseudonyme sur un sujet démagogique au possible. Rien qui n'aurait pu me plaire. Un livre que j'ai trouvé dans un bac de livres d'occasions chez mon bouquiniste (0.50€).  Non seulement, il contient de bons conseils pour résister à la connerie ambiante sur le lieu de travail mais l'ensemble est écrit avec un humour féroce. Il permet grâce à de savoureux profils psychologiques de savoir quel genre de con l'on fréquente et comment l'empêcher de nuire. Le dernier chapitre énumère des prières au cons (utilisant la psychologie inversée) pour subtilement les manipuler.

Bien sur il serait facile de résumé les conseils contenu dans ce livre  par une seule phrase : ne pas se laisser faire !  Travailler avec des cons est plus un livre d'humour qu'un véritable guide to life orienté chasse aux cons. Malgré tout dans sa dernière page, il donne les coordonnées de différentes organisations luttant contre le harcèlement moral sur le lieu de travail. Comme quoi, on peut rire un peu et finir sur une note plus sérieuse et utile.

PS : Une journée au bureau est une fiction qui ne contient aucun élément biographique (quoique...). C'est juste un texte mettant en situation les conseils que l'on trouve dans ce livre.

Travailler avec des cons, Tonvoisin Debureau, J'ai Lu [03/2009], 124 pages.

6 commentaires:

Vance a dit…

Fais-moi signe si Roger décide de devenir enseignant ! Et sinon, la stagiaire, tu te l'es faite finalement ? - oui parce que ta stratégie se voyait de loin... ;o)
En tous cas, un petit rayon de soleil, merci.

Guillaume44 a dit…

Cela peut être instructif à lire :D

Cultiste a dit…

@Vance : Il y a déjà des Rogers dans l'enseignement. Tu n'en n'as jamais croisé ?
Ce n'est pas mon genre de draguer des stagiaires vulnérables, pas mon genre du tout =)

Cultiste a dit…

@Guillaume44 : C'est surtout divertissant =)

Matt Murdock a dit…

Ton bouquin me fait bien envie. En tout cas, ça me changerait de mes actuelles lectures genre "droit des entreprises en difficultés", "Obligations" et "procédures collectives".

Phil Siné a dit…

tiens, je crois que j'en aurais bien besoin de ce livre... mon royaume pour changer la moitié du personnel de mon service !! (voire un peu plus même...)
mais il y a d'autres conseils que dénoncer ses petits camarades au patron ? parce que c'est pas très cool quand même... m'enfin bon !