Odd et les Géants de Glace

Dans un village nordique isolé, vit Odd, douze ans, un garçon à qui la chance ne sourit guère : son père n’est jamais revenu d’une expédition viking, et un arbre a écrasé sa jambe, le laissant boiteux. Cette année, l’hiver glacial ne se termine pas, rendant les villageois bougons et méfiants. Un aigle, un ours et un renard apprennent à Odd pourquoi l’hiver a envahi le pays : les géants de glace l’ont givré. Seul un garçon très spécial, malin, optimiste et à l’éternel sourire serait en mesure de ramener l’ordre chez les dieux, et la chaleur chez les hommes...


Neil Gaiman, scénariste britannique de comics (Sandman, The eternals), auteur de livres aussi indispensable qu'American Gods et Anansi Boys (ce dernier étant mon préféré) et de fiction pour la jeunesse : Coraline, L'étrange vie de Nobodty Owens. Il a aussi collaboré avec Terry Pratchett pour un épisode de la série du Disque monde : Bons présages. Neil Gaiman est un des auteurs les plus talentueux de sa génération. Dommage pour fans, car après ses deux essais dans la littérature pour la jeunesse, tous les deux couronnés de succès et de prix en tous genres, le talent de Neil Gaiman est partie en vacances pour ce troisième livre.

Noël dernier, j'ai voulu offrir un livre à un de mes neveux. Je me promenais dans le rayonnage jeunesse et je me demandais vraiment quoi choisir quand je suis tombé sur les livres de Monsieur Gaiman. Coraline, l'Etrange vie de Nobody Owens et un livre plus récent que je ne connaissais pas : Odd et les géants de glace.
Trop content de ma découverte. Je me précipitai pour l'acheter. J'ai cru être tombé sur le livre idéal pour mon jeune neveu avec un héros masculin (pour l'identification), et une histoire avec des dieux nordiques (pour le dépaysement et un brin d'éducation). Non vraiment, j'étais content de mon achat. De plus il y avait Neil Gaiman sur la couverture comment aurais je pu me tromper. Je suis donc tombé de haut quand prenant des nouvelles de mon cadeau, quelques semaines plus tard, mon neveu m'apprend que Odd et les géants de glace c'est nul et qu' Odd il pue...
Après cette critique brutale, il m'a fallu tout mon sang froid pour demander à mon jeune critique littéraire de neveu, de me prêter le dit livre. Avant de ramener le livre, je me décidais de m'y plonger. Pas pour prouver que mon neveu avait tord, mais pour me prouver à loi même que Neil Gaiman n'avait pas pu écrire un mauvais livre. Bien mal m'en a pris, j'avais tort et ça me tue.

- Et si l'hiver ne revient jamais? Et si l'été n'a pas lieu ? Si l'hiver se poursuit à jamais ? 
L'ours ne répondit rien. Le renard fouetta l'air de sa queue avec impatience. Il regardèrent l'aigle. Celui ci renversa sa tete en arrière et fixa Odd d'un œil jaune et farouche. Puis il dit :
- Mort !
(page 55)

Le résumé de l'éditeur est comme souvent trompeur. Il raconte la première partie du livre et ment de manière éhonté sur le caractère du personnage principal. Odd est un jeune garçon dépressif a qui son père manque et qui s'isole volontairement pour ne pas être une gêne pour sa mère nouvellement mariée.
La première partie du livre se déroulant dans le monde des humains est clairement la plus réussie et laisse présager une seconde partie intrigante.
La mythologie nordique un thème qui déclenche l'imagination et l'on s'imagine les combats dantesques se déroulant dans la neige, la magie environnante et le souffle épique courir dans sa nuque. Dommage, pour moi et mon neveu, car il n'y a rien de tout cela dans la deuxième partie d'Odd et les géants de glace. Les géants de glace parlons en justement. Il n'y a pas de "les" mais un unique géant de glace dans tout le livre, au pilon donc les combats dantesques dans la neige. Le souffle épique est aussi aux abonnés absents et le voyage du jeune Odd se révèle être un voyage balisé des plus quelconque. Oh bien sûr, il va rencontrer un géant des glaces, mais l'échange sur fond d'histoire maritale, est tellement palpitant qu'il donnerait au valium des vertus énergisantes.
Neil Gaiman a bien livré une vision respectueuse, quoique très simplifiée, de la mythologie nordique. C'est plus dans la résolution et le traitement de son histoire que Gaiman se plante en beauté. Les animaux-dieux sont comme de vulgaires Pokémons parlants et la mythologie nordique n’est qu'un décor, une façade de carton pâte. Son personnage principal est atypique de par son caractère dépressif  et moderne par ses problèmes de handicap et ses soucis familiaux, mais Odd est aussi un gamin odieux, donneur de leçons et qui croit tout savoir. Il se révèle finalement très énervant voir antipathique.
Neil Gaiman aurait dû rester dans le gothique victorien de Coraline et de Nobody Owens, car Odd, malgré un bon début, est une longue descente vers la médiocrité. Mon neveu a bien raison ce livre est nul et Odd il pue.

Odd et les géants de glace, Neil Gaiman, Traduit de l'americain par Valerie Le Plouhinec, Collection Wiz [11/2010], Editeur Albin Michel, Titre original : Odd and the frost giants [2009], 143 pages.

Aucun commentaire: