Sometimes it snows in April

Tous les films visionnés ici l'ont été en version originale sous-titrée sauf mention contraire.
En fin de cet article vous trouverez également les dix meilleurs films selon les contributeurs du palmarès interblogs de cinéma pour le mois d'avril.


Mon avis : 
Depuis la mort de Franck Capra, Hollywood n'a eu de cesse de copier son style et sa manière de traiter des problèmes humains, de trouver de la grandeur chez les gens simples. The company men est un autre de ces films se voulant "à la Capra" et porteur d'un message d'espoir et d'humanisme a destination du spectateur.
The company men suit donc la mise au chômage de trois hommes à trois stades de leurs vies et leurs tentatives pour se réinventer. le film se concentre principalement sur le personnage de Ben Affleck (toujours aussi mauvais...) et laisse les acteurs pré-retraités Chris Cooper/Tommy Lee Jones dans le fond du décor. Tous les clichés du rêve américain sont présents (la maison en banlieue et sa clôture blanche, les deux affreux gosses, l'épouse dévouée). Il y a aussi un léger relent de machisme dans la description des femmes du film (à l'exception de celle de Bobby-Affleck-Walker) celle de Jones ne s’intéresse qu'a l'argent, celle de Cooper est une sangsue émotionnelle et dépressive et la femme chargée des licenciements dans l'entreprise ou travaille nos trois héros est agressive et couche avec un de ses patrons. Kevin Costner cachetonne dans le rôle le beau-frère-qui-a-un-travail-manuel-et-qui-déteste-tous-cadres-comme-Bobby. Le pire reste le destin réservé au personnage de Cooper qui donne un ton déprimant et douteux au message du film. Tu es riche ou jeune et tu es au chômage ? Tu vas t'en sortir. Pour les autres par contre... Franck Capra est décidément loin, très loin, mais alors vraiment loin.

Ma Note : 1/5
.Pour aller plus loin sur ce film je vous recommande : Personne, car tous les blogueurs cinés, apparemment sous l'effet d'une drogue hallucinogène de masse (le non-charisme de Ben Affleck ?), semblent avoir appréciés ce navet. La drogue et Ben Affleck c'est le mal. Je suis contre.



Mon avis : 
Jusqu'à l'année dernière et le visionnage d'un documentaire, je ne connaissais Pinard Baush que de nom. Voir la préparation d'un de ses spectacles comme Dans les rêves dansants, sur les traces de Pina Baush m'a fait découvrir un univers de danse contemporaine que j'ignorais jusqu'à lors. Quelques mois après la fin du tournage de ce documentaire, Pina Baush nous quittait.
Pina, réalisé par Wim Wenders, se veut un hommage à cette chorégraphe allemande, une vision d'elle par ceux qui l'ont connu le mieux : sa troupe de danseurs. Témoignages intimes, magnifiques improvisations de danse dans des lieux publics et extraits de spectacles composent l'essentiel de ce film documentaire. Beau, émouvant et donnant envie d'en connaitre plus sur son sujet, Pina réussit sans peine son hommage posthume.
Ma note : 4/5
Pour aller plus loin sur ce film je vous recommande l'article d'Alexandre Mathis sur le film




Mon avis :
Zack Snyder est le responsable du ratage que fut 300 et de la bonne adaptation Watchmen. livré à lui-même pour ce Sucker Punch, sans scénario pré-écrit par un Miller ou un Moore, il laisse vagabonder son imagination et ses influences. Sucker Punch est un film de Geek, un gloubi-boulga de références projetées sur grand écran par un grand gamin dans une jouissance communicative. Pour lier toutes ses références (allant de l'animation japonaise au jeu vidéo) pond un scénario prétexte se révélant par moment aussi profond qu'un Inception ou un Black Swan (pas difficile). Dans Sucker Punch, la réalité (un asile sordide) et des rêves univers se mélangent appuyés par une bande son (Björk, Emily Browning, Queen, Skunk Anansie) habilement choisie pour offrir au film un second niveau de lecture. Dans les références/rêves de Snack Snyder se bousculent du Call of Duty, du D&D, du Sailormoon ainsi que du Onimusha entre autres. J'attends avec impatience le prochain film de Zack Snyder (et le DVD de Sucker Punch...)
Ma note : 4/5
Pour aller plus loin sur ce film je vous recommande l'article de Nicolinux sur le film.



Mon avis :
Il était une fois un petit chaperon rouge qui était en pleine crise d'adolescence et qui venait de lire les livres de Stephenie meyer. Partager entre un amour pour son ami d'enfance (brun, pauvre et bad boy) et promise en mariage au fils du forgeron (blond, riche et gentil garçon). Le chaperon rouge hésite donc à suivre les commandements de son coeur ou obéir à ses parents en gentille fille. Elle va donc demander à mère-grand, conseils et morceaux de pain. Heureusement pour le spectateur, sur le point de s'endormir d'ennui, sa soeur ainée à la bonne idée de se faire tuer et d'amener l'intrigue lupine dans l'équation. Le village du Chaperon rouge est donc assiégé par un vilain loup-garou faisant régner une ambiance de suspicions chez les habitants. Le chaperon rouge est un joli film, visuellement recherché presque kitsh et soigné jusque dans ses moindres détails, son principal point faible réside justement dans ce soin maniaque du détail dans les décors qui prévaut sur la direction d'acteurs. Si l'intrigue simpliste fera vibrer les amatrices de Twilight. Le piètre jeu des acteurs (Gary Oldman, le prêtre/chasseur de loup-garou, en tête), l'aspect artificiel des décors intérieurs (trop propres) et des paysages (aseptisés) donneront au spectateur l'impression d'un long clip stylisé (ou d'une pièce de théâtre) pas désagréable, mais pas convaincant pour autant.
Ma note : 2/5
Pour aller plus loin sur ce film je vous recommande l'article de Nicolas Gilli sur le film.


Mon avis :
Les films pour filles (chicks flicks) c'est un peu comme la chick lit c'est le même schéma scénaristique d'un film à l'autre d'un livre à l'autre.
Prenez une héroïne jolie, mais pas trop (parce que si elle est trop belle les filles ne peuvent pas s'identifier...) et pas loin de la trentaine, donnez lui un problème adictif (boulot, shopping...), faites lui rencontrer le prince charmant (beau, riche et la personnalité d'une moule sur son rocher) et confrontez votre héroïne à un problème quelconque (pas trop grave parce qu'il faut que ce soit drôle). Morning Glory est donc une de ses petites comédies charmantes, jamais vulgaires et pleines de bons sentiments. Celle ci a pour originalité de confronter son héroïne, productrice de te télé, à deux divas rétives du petit écran incarnés par deux grands acteurs (Diane Keaton et Harrison Ford). Si vous cherchez une comédie agréable pour vous remonter le moral et que vous avez aimé Le diable s'habille en Prada et Confession d'une accroc au Shopping ce film est pour vous.
Ma note : 4/5
Pour aller plus loin sur ce film je vous recommande : Personne car je n'ai trouvé aucun blogueur n'ayant pas honte de l'avoir vu.



Mon avis :
Après Scream 3 et son final ubuesque, je ne donnais la série des Scream pour morte et enterrée. Scream 4 c'est un peu le renouveau de la franchise. On prend les survivants du dernier film (Sidney, Gale, Dwight), on rajoute un casting sacrifiable pour un remake du premier film avec de nouvelles blagues sur les films d'horreurs. Les motivations du (nouveau) tueur ont changés, il rêve maintenant de gloire sur le web 2.0 et ses victimes sont toutes équipées de smartphones. Apple est d'ailleurs le sponsor du film et donne ses IBidules à quasiment tous les protagonistes. Je suis entré dans ma salle de cinéma la peur au ventre dans l'expectative d'un Scream 3.2 et j'en suis sortis tremblant d’appréhension me demandant à quoi allait ressembler le déjà annoncé Scream 5. Messieurs Craven et Williamson c'est à vous de jouer. J'attends.
Ma note : 4/5
Pour aller plus loin sur ce film je vous recommande l'article de Phil Siné sur le film.


Le palmarès Interblogs de cinéma de mars 2011

Place     Titre                               Note sur 5
1         BlackSwan                                4,16
2         TomBoy                                     4,06 
3         Arrietty : le petit 
           monde des chapardeurs          3,95
4         Le discours d'un roi                 3,88
5         L'étrangère                               3,81
6         Avant l'aube                              3,81
7         Incendies                                   3,77
8         Boxing Gym                              3,76
9         Il était une fois un meurtre      3,75
10       True Grit                                   3,71


Pour connaître la suite du classement rendez vous sur le blog de Vance.

Titre de cet article : "Sometimes it Snows in April" de Prince, album One Nite Alone... Live ! [2002]

3 commentaires:

Vance a dit…

Salut Cultiste.
Pour Morning Glory, j'en ai recensé huit qui l'ont vu, dont Cachou, Alexandre Mathis et Phil. Leur note est plutôt bonne d'ailleurs.

Cultiste a dit…

Mais aucun d'entre eux n'a (encore ?) osé en parler ouvertement sur son blog donc pas de lien.

Phil Siné a dit…

eh ben figure toi que je suis d'accord avec toi pour "company men", je n'ai vraiment pas compris l'enthousiasme de tout le monde... et le message m'a paru faussement critique à l'égard du libéralisme...

sinon merci pour le lien screamien...

et pour "morning glory", c'est pareil que pour "the company men" : le genre de film qui ne mérite même pas la peine d'un article négatif à son sujet... et comme je suis en pleine thérapie de "positive attitude" (remember lorie), j'ai décidé de toute façon de ne parler que des films qui me plaisent ! ;)