Le gang des mégères inapprivoisées

Dans le Northumberland, depuis des générations, les dames Grope font régner la terreur autour d'elles.
Signes distinctifs : un physique ingrat, une nature antipathique et des pulsions castratrices inversement proportionnelles à leur volonté de se reproduire. Qu'à cela ne tienne ! Chez les Grope, on kidnappe les hommes de mère en fille. Une coutume familiale dont le jeune Esmond Burnes va faire les frais... Fils unique d'une toquée de romans à l'eau de rose et d'un petit banquier terne et disgracieux, Esmond est forcé de se réfugier chez son oncle suite à une agression alcoolisée de son père.
C'est là que l'innocent garçon va tomber entre les griffes de sa tante Belinda, née Grope, épouse frustrée et ménagère forcenée... Disparitions suspectes, soûleries aggravées, accès de folie, torrides parties de jambes en l'air... Même la police va perdre le fil.
(Résumé éditeur)

Plus connu pour  sa série Wilts, Tom Sharpe (1928- ), le célèbre écrivain satiriste anglais écrit aussi des livres unitaires. Grand dénonciateur des petits travers de ses contemporains, il se moque dans ses livres autant des Anglais que de lui-même. Le héros de Wilts est un professeur de culture générale comme il le fut et le père d'Esmond dans Le gang des ménagères inapprivoisées ("superbe traduction" à double sens du titre anglais The Gropes) travaille dans une banque de Croydon, sa ville de naissance. En 1961, Tom Sharpe a été expulsé d’Afrique du sud pour avoir écrit et réalisé une pièce de théâtre dénonçant l'apartheid. Dix ans plus tard, il commencera sa carrière d'écrivain avec deux livres se déroulant en Afrique durant cette période : Mêlée ouverte au Zoulouland (1971) et Outrage public à la pudeur (1973). Il débute sa série des Wilts en 1976 et elle a encore cours de nos jours (le dernier volume est sortie en 2011 en version numérique). Le Gang des ménagères inapprivoisées est un livre relativement récent, en France, car il est sorti en 2009 (et 2011 en format poche).

<< Au lieu de violer quelques nonnes, comme c'était la règle, il se jeta aux pieds de la sœur servante, qu'il avait croisée dans le fournil et qui se demandait si elle avait envie ou non d’être violer. Pas belle pour un sou et ayant été laissée pour compte lors de deux précédents raids vickings, Ursula Grope fut ravie d’être choisie par le bel Awgard... >> (page 10)

 A lire le résumé éditeur, je me suis dit que ce livre allait me plaire. La bonne réputation de l'auteur auprès de mes amis a fini de me convaincre. Après l'avoir terminé, je suis vite descendu de mon petit nuage. Le résumé éditeur contient l'intégralité des évènements importants du livre et a gâché pour beaucoup ma lecture. Oui c'est très bête. Seule la fin pourtant vite expédiée et un rien misogyne m'a surpris.  
Le gang des ménagères inapprivoisées commence par les origines extraordinaires de la famille Grope de l'époque du moyen-âge jusqu’à nos jours. C'est de loin la partie la plus passionnante. L'intrigue contemporaine qui va faire se rencontrer la cougar Belinda et le jeune Esmond est plus anecdotique bien que réservant de bons moments. Les parents d'Esmond notamment. La mère est folle à lier et son mari un lâche. Tom Sharpe décrit leur première rencontre (juste un mot pour piquer votre curiosité : falaise) et leur vie commune jusqu’à la naissance de leur fils. Ils connaîtront pourtant, tous les deux, des destins hors du commun. Leur Esmond, est à l'opposé d'une rare fadeur et il est difficile de s'intéresser à son sort pendant tout le récit. Belinda, elle, est une Grope et agit comme telle (sauf dans les six dernières pages). 
Le résumé éditeur mentionne de torrides jambes en l'air au pluriel ce qui est un mensonge grossier car les scènes de sexes, au sens large, sont tout sauf torrides et Sharpe utilise une ellipse pour justement ne pas trop "la" décrire. Oui vous avez bien lu "la". Les "soûleries"en revanche c'est bien du pluriel. je vous épargne une remarque gratuite sur les anglais, la fréquentation des pubs et leur réputation au lit....
Entre un résumé éditeur racontant une bonne partie de l'histoire et un auteur plus intéressé par le passé de ses personnages secondaires  que par ses héros contemporains, Le gang des ménagères inapprivoisées est un livre, ni bon, ni mauvais, juste moyen. il a de quoi faire passer son lecteur un bon moment, mais rien de plus. 

Le gang des ménagères inapprivoisées, Tom Sharpe, Traduit de l'anglais par  Delphine Bernard, Belfond (2009), Collection 10/18 Domaine étranger (02/2011), The Grope (2009), 219 pages 

Aucun commentaire: