Star Trek (série régulière) volume 1

The adventures of the Starship Enterprise continue in this new ongoing series that picks up where the blockbuster 2009 film left off! Featuring the new cast of the film, these missions re-imagine the stories from the original series in the alternate timeline created by the film, along with new threats and characters never seen before! With creative
collaboration from STAR TREK writer/producer Roberto Orci, this new series begins the countdown to the much-anticipated movie sequel premiering in 2013
(Quatrième de couverture)


Depuis le mois de septembre 2011, mon nouvel éditeur de comics préféré,  IDW publie une série régulière Star Trek. Cette nouvelle série se déroule dans l'univers de J.J. Abrams (aussi appelé Abrams-verse). Comme pour la mini série Star Trek Countdown, il y a quatre ans, elle sert de pré-quelle au futur film. Un film qui se fait attendre comme le souligne le quatrième de couverture de ce Tpb. A l'origine il ne devait s'agir d'une mini série, mais J.J Abrams prenant une année de retard pour s'adonner à un remake d'E.T. avec du lens flare partout.
 L'idée intéressante derrière cette nouvelle série de comics c'est de réutiliser les scénarios de la série classique et de les confronter,à l'équipage de l'Enterprise version 2009. L'originalité vient, bien entendu, que dans ce nouvel univers les personnages n'ont pas les attitudes et caractères de leurs modèles plus âgés de l'univers classique. Seule exception notable Kirk qui est toujours le pire capitaine de Starfleet. Vous croyez que je plaisante ? Cette fois j'ai une preuve flagrante. Ce Tpb contient les quatre premiers épisodes de cette série soit deux histoires complètes : Where no men has gone before part 1 et 2, et The Galileo Seven part 1 et 2.


Where no men has gone before :

Kirk et son équipage découvre les débris du S.S. Valiant après sa rencontre avec une mystérieuse barrière énergétique. L'équipage de l'Enterprise est, lui aussi,  bientôt confronté à ce phénomène. Des flashs d’énergie inonde la passerelle. Le pilote Gary Mitchell perd conscience et semble être le seul affecté. Alors que James T. Kirk rend visite à son ami à l'infirmerie. Spock découvre que le capitaine du SS Valiant a déclenché l’autodestruction de son navire. Gary Mitchell se réveille et fait montre de capacités télépathiques et de télékinésiques hors du commun. A mesure que les heures passent, ses pouvoirs augmentent. Devenu supérieur et arrogant, Mitchell teste ses nouvelles forces sur ses anciens collègues. Spock prévient Kirk que sa présence à bord de l'Enterprise représente une menace non seulement pour l'équipage, mais pour l'univers entier. Kirk pourrait se retrouver devant le même choix que le capitaine du SS Valiant.


The Galileo Seven : 

Alors qu'il se dirige vers la colonie de New Paris pour livrer du matériel médical, l'Enterprise croise le chemin d'un quasar. Comme le rendez-vous avec la colonie n'aura pas lieu avant cinq jours et qu'une épidémie de peste n'est pas suffisamment importante aux yeux du capitaine Kirk, il décide d'envoyer une équipe scientifique pour étudier ce phénomène.  Cette équipe sera dirigée par son premier officier Spock, accompagné du Dr McCoy, de Montgomery Scott, de l' "assistante" Janice Rand et de trois autres officiers. Peu après le lancement de la navette, celle-ci est prise dans les courants d’énergie du quasar et doit se poser en urgence sur une planète proche. Sans moyen de communiquer avec l'Enterprise, le quasar produisant des interférences dans les communications, Spock doit faire des choix difficiles pour la survie de la petite troupe. Sa froide logique ne fera pas l'unanimité parmi ses subordonnés. Pendant ce temps, bien au chaud dans son fauteuil de commandement, le capitaine Kirk tente de justifier ses décisions et de lancer des recherches. Uhura inquiète, est bien décidée à palier l'incompétence de son capitaine et à retrouver son petit ami.  
(résumé un peu orienté pour charger le personnage de Kirk)


Le film de 2009 n'a pas fait que des heureux parmi les fans de Star Trek, cette nouvelle série régulière est une tentative pour les amener vers ce nouvel univers en douceur. Alors, oui, reprendre les scripts de la série originale (parfois au dialogue près...) est facile et le travail de Mike Johnson tient plus de l'adaptation que de l'écriture. Pour ceux qui l'ignore, il avait déjà adapté le film de J.J. Abrams en comics et participé à sa pré-quelle en comics : Star Trek Countdown. On lui doit aussi Nero, mais je préfère oublier ce Tpb d'exploitation de licence graphiquement beau (merci à David Messina), mais vide d'intérêt. 
En attendant des histoires originales dans le deuxième Tpb (prévu pour sortir en juillet), penchons nous sur l'adaptation qui est faite ici. 
D'abord, le choix des épisodes. Where no man has gone before, pilote de la série originale il a ici le rôle de faire la passerelle entre le film et cette série de comics. Les changements sont subtiles. Les personnages de Gary Mitchell et de Lee Kelso sont présentés comme les  meilleurs amis du capitaine Kirk ce qui n'était pas les cas avant. Le personnage de la blonde psychiatre/parapsychologue dans la série originale a disparue allégeant par son absence Where no man has gone before d'une sous-intrigue  et d'un personnage farfelu. L'histoire se déroule de la même manière que son modèle et pour la même conclusion.  
The Galileo Seven  est plus intéressant sur le plan de l'adaptation, car il est dans la série originale le premier commandement de Spock sur le terrain. Dans l'Abrams-verse ce n'est pas le cas et fort de sa première expérience calamiteuse, ses réactions seront légèrement différentes. Le Dr McCoy engage d'ailleurs une conversation avec le vulcain concernant son altercation avec Kirk sur la passerelle et ses sentiments à ce sujet. Comme pour la première histoire de ce Tpb, The Galileo Seven fait l'impasse sur certains événements de l'épisode original pour ce concentrer sur l'essentiel. L'intervention du personnage d'Uhura dans la résolution de l'histoire est un peu téléphoné, mais donne lieu à une scène touchante à la fin. (Spoiler : elle tire à bout portant sur kirk pour avoir envoyé son mec à la mort.... comment j'affabule ?).
Graphiquement, comme vous le voyez, c'est beau Stephen Molnar, Joe Phillips font un boulot exemplaire. Pour moi, qui est connu les affreuses séries de comics DC des années 90 c'est le jour et la nuit. David Messina et Tim Bradstreet font les couvertures. Comme d'habitude avec les Tpbs IDW, des sketches et images des acteurs du film complètent les bonus.
J'ai dit que j'aimais et que j'attendais le prochain Tpb avec impatience ? Maintenant c'est fait.

Star Trek ongoing vol 1, Scénariste Mike Johnson , dessinateurs : Stephen Molnar (#1-4), Joe Phillips (#3-4), Coloriste : John Rauch, Consultant : Roberto Orci, IDW Publishing (04/2012), 104 pages

4 commentaires:

lael a dit…

ah ça fait plaisir de trouver un trekkie sur la toile ! (heu pardon apparemment tu préfères dire trekker).

je ne savais pas qu'ils avaient fait cette adaptation. Mais bon j'suis pas très comics j'avoue. Saurais-tu, par hasard, si le nouvel élan du reboot va inciter à la traduction de la tonnes de romans ST non encore traduit ? je l'espère de tout coeur (étant grave une quiche en anglais, même si je vais prochainement me lancer le défi de fou de tester de lire un roman ST en anglais).

Cultiste a dit…

Bonjour lael

Oui je préfère trekker, trekkie est un terme beaucoup trop négatif à mon goût ^^

Pour les romans Star Trek en français (lié à l'ancien univers), à mon avis il ne faut pas compter sur une traduction. Les (nombreux) livres sont liés a de vieilles séries qui ne sont pas populaires chez nous. Les nouveaux romans, issus du film d'Abrams, qui devrait sortir en 2013, ont plus de chance de sortir chez nous. Enfin si un éditeur veut si risquer.
Si tu veux des conseils pour choisir un premier livre en anglais, n’hésite pas à me demander. Le niveau d'anglais variant énormément d'un livre à l'autre.

lael a dit…

merci de ta proposition ^^

(*pub ehonté* tu trouveras quelques articles star trek sur mon blog XD )

Cultiste a dit…

Trop tard pour la pub, j'ai déjà tout vu (et lu aussi...) ^^