Passeurs d'ombre 1 : L'appel de l'ombre

Dans un monde sans soleil où seule la chaleur monte du sol, des hommes et des femmes courageux appelés les passeurs d'ombre sont les seuls humains capables de transiter d'une ville à l'autre pour vendre leurs marchandises et escorter les voyageurs. Les Terres Noires sont peuplées de créatures dangereuses appelées les Surnaturels.  Les passeurs d'ombre, même au péril de leur vie, savent comment les éviter et souvent comment les affronter.
 Jeune bijoutière, Éliane décide de traverser les Terres Noires pour se rendre à Yspareille, la plus grande ville du pays, où elle espère développer son art. En cours de route, elle fait la connaissance d'Ilan et Capricorne, deux jeunes passeurs d'ombre. 
(Résumé éditeur modifié pour ne pas spoiler)

Passeurs d'ombre est une série de sept courtes nouvelles indépendantes racontant le destin de cinq femmes dans le monde des Terres noires. Chaque nouvelle se focalise sur l'une d'entre elles.
La série de Anne Rossi est à mettre dans le genre Fantasy légère orientée pour adolescentes (mais pour ça il fallait lire le résumé spoilant de l'éditeur pour savoir ce détail, ce que je n'ai pas fait...). Chaque nouvelle narre un voyage en compagnie des passeurs d'ombre. Quand je mentionne, un peu plus haut le terme "pour adolescentes", loin de moi l'idée de dénigrer le travail d'Anne Rossi en l'incluant dans une case, mais de vous faire comprendre que l'on retrouve dans sa fantasy, les ingrédients qui ont fait les succès récents de la littérature pour adolescentes (Twilight en tête). L'inévitable triangle amoureux (tellement commun qu'il en devient ridicule) autour de l’héroïne sera la seconde intrigue du récit. Les éléments de fantasy dans Passeurs d'ombre sont pour la plupart des récupérations de légendes et mythologie classiques (Grecque, Nordiques etc...). Rien d'extraordinaire donc. Reste ce point de départ qui m'a intrigué et poussé à continuer ma lecture. Le monde d'Anne Rossi est un monde plongé dans l'obscurité ou seules les citées humaines sont éclairées par la lumières des étoiles (amplifiée par de gigantesques miroirs). Dans les ténèbres, c'est un monde sauvage de forêts pétrifiées, de marécages trompeurs et de tempêtes de sable mortelles. Malheureusement, Madame Rossi ne fera rien d'un peu épique dans ce monde si ce n'est nous raconter une amourette... mais je m'avance un peu sur le second paragraphe de cet article.  
A l'image de Jésus contre Hitler, la première nouvelle est gratuite (et disponible sur toutes les librairies numériques) et les suivantes payantes. 

 La plupart avaient un aspect humain, mais certains, de petits details suggéraient qu'ils ne l'étaient pas tout à fait : des yeux aux pupilles fendues, des phalanges trop poilues, une nuance de peau plus bleue que chair. Un vertige la saisit. Elle se trouvait si loin des Mens ! 

Passe encore que le monde d'Anne Rossi soit peuplé de créatures fantastiques communes (sirènes, elfes et autre satyres) ou bien qu'elle noie ses bonnes idées sous un tombereau de clichés fantasy. Peu importe aussi l'intrigue amoureuse bateau déjà vu et lu ailleurs. Tout ça j'aurai pu le lire et vous en parler avec indulgence, après tout c'était gratuit et court. Seulement l'appel de l'ombre a été écrit comme un premier épisode d'une série et pour permettre au personnage d'Eliane de revenir dans un prochain épisode, Anne Rossi a eu recours au pire événement dramatique scénaristiquement possible. Celui-ci change la fin attendue par le lecteur, mais donne à la nouvelle une conclusion bien machiste. Elaine, lors de son voyage vers Yspareille, se demande si la vie de Passeur d'ombre ne la tenterait pas (en lieu et place de son projet d'ouvrir une bijouterie). Elle rêve d'indépendance et de liberté auprès de l'homme qu'elle aime. Sauf que voilà Anne Rossi la fait rentrer dans le rang et la soumet à la volonté d'un homme. Heureusement que la chose a été écrite par une femme sinon ce serait moins comique.
Voilà le détail qui m'a le plus déplu. J'aurai pu mentionner les personnalités hautement "intéressantes" et "originales" des deux soupirants d'Elaine, mais ce serait être méchant. 
Je ne lirais donc probablement pas la suite des aventures des passeurs d'ombre et je recommande à mes lecteurs d'en faire de même (ou de me dire dans les commentaires pourquoi  vous aimez cette série)

Passeurs d'ombre, épisode 1: L'appel de l'ombre, Anne Rossi, Numeriklivres (10/12), 58 pages.

Aucun commentaire: