Star Trek The Next Generation : Boukenshin

TNG goes manga! Untold stories from one of the most renowed science fiction franchise in history, interpreted through japanese-style sequential art, truly takes the crew of the USS Enterprise, where no man has gone before!

Un jour, il me faudra être raisonnable dans mes achats sur internet. Penser à l’intérêt douter de l'objet proposer avant de sortir ma carte bancaire. Ce ne sera pas pour aujourd'hui. 
Star Trek TNG the manga : Boukenshin est un comic d'inspiration manga. Le dessin est en noir et blanc et tente de copier le style japonais sans y parvenir réellement (voir pas du tout). les personnages ont des traits plus arrondis que d'habitude, mais les planches reste d'une banalité très américaine. Boukenshin contient quatre histoires et donc quatre équipe créatives. Visuellement chaque histoire possède un style propre.  Les dessinateurs sont d'illustres inconnus et seuls les scénaristes Diane Duane, David Gerrold (scénaristes/romanciers très connus de l'univers Star Trek), Christine Boylan (scénariste/productrice tv pour Castle et Leverage) et F.J Desanto (producteur de documentaires sur des auteurs de comics) ont attiré mon attention. 
Comme il n'existait pas de planches disponible sur le net pour illustrer cet article, il m'a fallu scanner des cases de mon propre "manga". Il s'agit de cases et non de planche parce que je n'ai pas oser casser le dos de mon livre. Chaque image représente suffisament bien le style du dessinateur pour que vous puissiez vous faire une idée par vous même.

  Challenge je lis en anglais : Septième livre

Changeling :  Accompagnying the away team to the mysterious "labyrinth of Wisdom," Enseign Wesley Crusher receives a most unexpected lesson in what it means to have compassion for - and an appreciation for- his peers.

Probablement la plus légère et comique des histoires de Boukenshin.
Le jeune et insupportable Wesley découvre l'humilité en prenant la place temporairement des membres de son équipe (a l'exception de Riker).   Devenir un empathe submergé par les émotions qui l'entoure, combattre bravement un scorpion géant, voir le monde comme un ingénieur autant d'épreuves qu'il devra franchir pour apprendre à apprécier ses coéquipiers

Sensation : Responding to a distress call from an archaeological expedition, Dr Crusher encounters a debilitating contagion that defies the laws of medecine-and may soon spell the end of the crew of The Enterprise. 
Une histoire centrée sur un duo féminin, le Dr Crusher et Deanna Troï ensemble vont devoir résoudre une énigme qui laisse le reste de l'équipage dans l'expectative. Une folie en provenance de fouilles archéologique semble contaminer des chercheurs puis se propage à l’équipage de l'Enterprise. Les dons d'Empathe de Deanna Troï vont être particulièrement utile alors que les officiers tombent comme des mouches. 

The Picardian Knot : Suffering of a lack of emotion after his contact with the Vulcan Sarek, there seems to be no cure for Capt. Picard's ennui- except possibly the inexplicable puzzle left behind by an unwanted Romulan visitor. 
Le mouton noir de Boukenshin, si le dessin n'était pas déjà si laid (et même pas typé manga en plus), l'histoire est d'un ennui profond. Un Romulien laisse un artefact sur la passerelle après une altercation avec son vaisseau. Bien décidé à rendre l'objet, le capitaine Picard tente dans percer le secret avant sa restitution. Alors que l'objet laisse tout le monde perplexe c'est Guinan qui en résoudra l'énigme.  L'idée de Picard subissant un contrecoup après sa fusion mental avec le père de Spock n'est pas mauvaise, mais voir le reste de l'équipage le materner (surtout Troï) est juste insupportable.

Loyalty : When Starfleet Command expresses their concern over Picard's brush with the Borg. Commander Will Riker will have his devotion to his captain put to the ultimate test - possibly a the cost of his own career.
Loyalty est l'histoire la plus abracadabrante de Boukenshin. Elle est censée se passer après l'épisode Best of the both world et parler des répercutions militaires de l'assimilation du capitaine Picard par les Borg. Alors que Picard prend un repos mérité en France et que l'Enterprise est en réparation, Starfleet Command décide de convoquer Riker pour témoigner contre son capitaine dans ce qui ressemble à une cour martiale secrète. Le commandant Shelby vient d'ailleurs y apporter son témoignage et son expertise des Borg. Le souci avec cette mise en place de l'histoire c'est que cette pseudo cour martiale se déroule sans que le principale intéressé soit présent. Autre souci de cohérence, la cour est composé de quatre amiraux (déjà croisés dans des épisodes de TNG) dont l'Amiral Philippa Louvois connue comme étant une amie intime de Picard et pour son intégrité sans failles. Apparemment elle n'a pas daigné prévenir le principal intéressé et n’hésite pas à le poignarder dans le dos. Loyalty est une histoire poussive destiné à faire briller le personnage de Riker avec des gros artifices comme ce moment tellement original ou il menace de quitter Starfleet...


Star Trek The Next Generation : Boukenshin est un manga qui n'en porte que le nom. Il ne brille pas par ses dessins anecdotiques, ni par ses scénarios souvent bancals. Si Changeling est une histoire sans prétention et Sensation une aventure plus originale car elle met l'accent sur un binôme inédit. Boukenshin n'aurait pu être qu'un manga moyen. Il aura fallu pourtant que Loyalty et ses petit arrangements avec le canon de l'univers et The Picardian Knot qui tente de nous intéresser à son semblant mystère viennent déprécier la qualité global de ce livre. Vous l'aurez surement compris, Changeling et Sensation sont les histoires de Diane Duane et David Gerrold et les deux autres celles des deux novices en Star Trek Boylan Christine et F.J Desanto. Je ne vais pas dire qu'il y a un rapport, mais la coïncidence est amusante.

Star Trek The Next Generation : Boukenshin, auteurs : Diane Duane, David Gerrold, Christine Boylan et F.J Desanto. Dessinateurs : Delk Chrissy, Don Hudson, Kurkoski Bettina, E.J Su. Tokyo Pop Editeur (2009), 192 pages.

Aucun commentaire: