Ray's Day


Le 22 août prochain, nous célèbrerons la lecture (sous toutes ses formes), les auteurs (sous toutes leurs formes) et les lecteurs (oui même toi, là bas, qui lit Christine Angot) et l'anniversaire de Ray Bradbury.
Comment se fait-il que vous n'en ayez pas entendu parler dans les médias classiques ?  Ceux-là même qui célèbre une fête du livre (des éditeurs, et des parasi... droits d'auteurs), le 23 avril depuis maintenant presque 20 ans ?

Tout simplement parce qu'il s'agit d'une initiative de l'auteur francophone Neil Jomunsi, qui s'il a échappé aux foudres de Christine Boutin pour sa série Jésus contre Hitler, s'est lancé, il y a maintenant presque un an, dans un projet d'écriture de longue haleine inspiré par Ray Bradbury. Écrire une nouvelle chaque semaine pendant un an. Vous pouvez trouver un récapitulatif du projet Bradbury ici
Le projet se terminant, il lance ce Ray's day via un site dédié ici
Le Ray's Day est à la fois un hommage à l'un de ses auteurs fétiches, une manière de célébrer la fin de son année de nouvelles hebdomadaires et une façon sympathique de rassembler tous les lecteurs passionnés autour de leur passion commune : la lecture 

Pour l'occasion, de nombreux auteurs francophones offriront des nouvelles de leurs crus, spécialement écrites ou non pour le Ray's Day. Un bon plan pour remplir vos liseuses, vos tablettes ou votre ordinateur de lecture gratuite et légale.
Bien entendu la blogosphère se fera écho de cet événement par des articles variés et quelques librairies vont faire des animations dans leurs locaux.
Pour de plus amples informations voir la page : Ils participent au Ray's Day

Pour ma part, je me contenterais de publier un article sur un livre de Ray Bradbury qui se trouve dans ma monstrueuse P.A.L. J'ai oublié son titre depuis le temps qu'il y croupis et n'ai pas encore eu le temps de le chercher au moment où j'écris cet article. Le malheureux livre doit être sous une tonne de poussière... Donc ce sera une surprise pour moi comme pour vous.
Je rappellerais que Ray Bradbury est présent sur ce blog avec déjà un livre : L'arbre d'Halloween publié il y a cinq ans pour Halloween. L'originalité ne me tuait pas à l'époque dis donc...

The more the things change

Six months after the events of Star Trek: The Motion Picture, Doctor Christine Chapel and Spock must save the life of an ailing Audrid Dax, her true nature as a Trill having remained a mystery until now. But after an unknown vessel attacks their shuttle, a risky game of cat-and-mouse may be the only way to save all their lives.

 The more the thing change est mon premier ebook Star Trek qui n'existe pas dans un version papier. Pocket Star, l’éditeur de cet ebook,  est une division de Pocket Book spécialisée dans la publication de romans courts (- de 120 pages). C'est le cas de celui-ci, mais ce n'est pas pour ça que je l'ai acheté. Non la raison est bien plus amusante. C'est le premier roman qui a pour héroïne principale l'infirmière Christine Chapel.
Amoureuse transie de Spock durant la série TV, devenue docteur dans le premier film Star Trek et incarnée par Majel Barrett Roddenberry. C'est un personnage secondaire, un peu effacé, qui est devenu malgré tout très populaire au fil du temps. Toujours mentionné dans les romans (comme par exemple Star Trek Section 31 : The Cloak ou le comic d'IDW : Spock reflections )
The more the things change qui donne son titre à ce livre est le début d'une phrase bien connue chez nous :  Plus ça change, plus c'est la même chose (The more the things change, the more they stay the same)


Dr Christine Chapel (Star Trek the motion picture)

"This is a medical evacuation, and as the medical officer, you are in command of the mission regardless of our respective ranks."
Spock fait réaliser au Dr Chapel qu'elle est plus qu'un médecin dans cette mission.

Scott Pearson est un illustre inconnu dans la longue liste des auteurs professionnels œuvrant sur Star Trek. 
The more the things change est son premier roman comme professionnel, mais pas son premier travail publié.  Il a participé aux recueils de nouvelles amateurs Star Trek : Strange New Worlds 7 et 9, à un autre recueil The Sky's the limit (pour les 20 ans de Star Trek TNG) et a eu une autre nouvelle Honor in the night dans le recueil Star Trek Myriad Universes : Shattered Light.
Il possède aussi un podcast : Generation Geek (avec sa fille).  

"I'm a doctor not a shuttle pilot." I can't believe I just said that. Too many years serving with Leonard.

Le fait qu'il faut bien prendre en compte avant de lire ce livre, ce sont les événements du film Star Trek the motion picture qui le précède de six moix. Dans ce film, Spock tente une fusion mental avec V'ger et souffre par la suite d'une sorte de traumatisme. Dans the more the things change, il est toujours en convalescence et tente d'accepter les émotions humaines, que V'ger à fait ressurgir en lui, plutôt que de les refouler.  Un détail très important pour comprendre le comportement de Spock durant ce livre.
Autre invité de marque pour donner la réplique à Christine Chapel : la Trill Audrid Dax. Elle est la malade confié aux bon soins du Dr Chapel (qui ignore tout de sa véritable nature) et qui doit être évacué le plus vite possible vers un vaisseau Trill proche. 
Détail amusant, The more the things change se déroule 10 ans après Sins of the mother, l'histoire racontée dans The lives of Dax.
Parlons maintenant du personnage de Christine Chapel qui est pour une fois est la star d'un récit.
Scott Pearson va nous expliquer pourquoi nous ne l'avons plus vue dans les autres films Star trek, comment est sa relation avec Spock à ce moment de sa vie et ses projets pour l'avenir. En filigrane de tout ça, Pearson nous fera découvrir qu'elle est capable de piloter une navette, de donner des ordres, et qu'elle sait utiliser un phaseur. 
On pourra par contre lui en vouloir d'avoir placé là Audrid Dax sans réellement justifier sa présence ou bien encore la motivation des mystérieux agresseurs qui sert de prétexte, totalement bateau pour donner un peu d'action à l'intrigue. En dépit de ça, voir le duo Chapel/Spock discuter est un plaisir sans nom, se remémorer "sarcastiquement" leur ami mutuel le Dr Leonard McCoy est délicieux. 
L'un des gags récurrents, dans The more the things change, étant Christine Chapel se rendant compte que le Dr McCoy lui refilé certaines de ses habitudes et expressions. Rien de vraiment flagrant, mais juste assez pour que cela l'agace au plus au point.        

Ce court livre n'intéressera malheureusement que les fans de Star Trek et son exclusivité au format ebook limitera son accessibilité. C'est bien dommage car j'y ai passé un excellent moment, fortement nostalgique à revoir ses personnages. Sa simplicité d’exécution m'a charmé. Il est loin d'être parfait, comme je l'ai dit plus haut, mais ses qualités contrebalance ses menus défauts.   

Star Trek the original series : The more the things change, scott Pearson,  Pocket Star (23/06/2014), 90 pages

Cthulhu Something in the mud

Jack has seen what is hidden in the darkness. He knows there is a war beyond that of nations. Four years since the Armistice and he is restless for an interesting job. When he gets an invitation from his former commander, he is only too keen to find out more. What happens next is something from his nightmares.

Après ma minuscule incursion dans les ebooks gratuits sur Smashwords avec A call from Cthulhu, voici un second ebook plus consistant trouvé sur ce même site et lui aussi totalement gratuit. 

Nikolai Bird est comme l'auteur de A call from Cthulhu, un illustre inconnu. Sa bio indique qu'il aime lire et écrire sur son temps libre qu'il travaille pour une société d'applications web basé à Londres. Il a écrit un autre livre de type heroic fantasy .  

Cthulhu, Something in the mud se déroule durant l'après guerre, le héros Jack Hart à fait des petits boulots pour le ministère des affaires étrangères britannique. Le genre de boulot secret et tentaculaires. 
Dans le plus pur style d'Agatha Christie, il est invité a une soirée mondaine par son ancien commandant où il va croiser une poignée de personnages pittoresques et devoir résoudre une situation cauchemardesque.  Bon le cauchemardesque ce n'est pas du Christie, mais plutôt du Lovecraft tendance horreur. 
Nikolai Bird n'épargne aucun poncif du genre. Le héros blasé, la maison dans la brume, la jeune et jolie héritière, le prêtre énigmatique et le lourd-secret-du-passé-que-tout-le-monde-partage-sauf-le-héros qui va provoquer le drame de la soirée. Il y en a encore d'autres. On remarque très rapidement que la nouvelle est écrite en trois parties. Présentation du héros et du lieu de l'action, ensuite présentations des autres personnages et de la problématique puis sa résolution avec son lot d'actions et de révélations plus ou moins convenues. C'est donc du très classique avec beaucoup d'horreur (parfois bien sanglant) qui sans renouveler le genre est efficace dans ce qu'il cherche a faire. La lecture est rapide, avec un anglais accessible,  pour une petite centaine de pages. C'est agréable, divertissant et totalement gratuit. 

Cthulhu - Something in the Mud, Nikolai Bird, 133 pages, Smashwords (03/2014)

Memories of the Future

  En 2006, Will Wheaton a été engagé pour écrire des critiques humoristiques sur la série tv qui a marqué sa carrière : Star Trek The Next Generation
L'objectif était de revoir tous les épisodes et de faire un critique humoristique sur chacun d'entre eux.  Son employeur (Weblogs) ne lui permettra pas de continuer  au delà de la première moitié de la première saison. En 2009, il tente de relancer le concept via un podcast sobrement baptisé FutureCast, là aussi sans succès.  Finalement et probablement un peu par dépit, il compila ses résumés et ses critiques en un ebook. 

From Encounter at Farpoint to Datalore, relive the first half of Star Trek: The Next Generation's unintentionally hilarious first season through the eyes, ears and memories of cast member and fan Wil Wheaton (Wesley Crusher) as he shares his unique perspective in the episode guide you didn't even know you were dying to read. ENJOY snarky episode recaps! EXPAND your Technobabble vocabulary! AMUSE your friends with quotable dialog! BOLDLY go behind the scenes!

Memories of Future Vol 1 ne propose que les douze premiers épisodes de Star Trek The Next Generation  et depuis 2009 il n'y a pas eu de volume 2. Un projet de suite a ce livre semble au point mort. L'ebook (qui me permet de faire cet article) et la version papier sont vendus a des prix un brin excessif + de 4 dollars en version numérique et + de 12$ pour la version livre. 140 pages pour du matériel deux fois publiés sur internet et donc deux fois recyclés (même si un peu améliorés) ça reste cher.

"Hey, as long as your not moving the story forward at all, why not have a pod race ?" (Enconter at Farpoint partie 2)

Will Wheaton a énormément d'humour et c'est avec plaisir que de lire ses résumés qui déconstruisent totalement le sérieux de la série The Next Generation. C'est parfois vulgaire, parfois grossier, mais ça reste la plupart du temps drôle et souvent bon enfant. Il surjoue avec la mauvaise réputation de son personnage, Wesley Crusher, en lançant des remarques cinglantes sur son rôle, ses costumes ridicules, ses dialogues affligeant. Il n'épargne pas non plus les autres personnages. Tasha Yar en prend pour son grade lors du second épisode et Deanna Troi, le second personnage le plus détesté de la série, souffre elle aussi de ses petites piques. Difficile de le contredire, tellement la série peine a démarrée lors de cette première saison que ce soit dans la caractérisation de ses personnages que dans ses scénarios.      

"Listen, Q, don't know who you've been talking to, but in Starfleet, we save the universe and fuck the green alien chick twice before breakfast, every day."
(Enconter at Farpoint partie 1)

Will Wheaton est avare en anecdotes de tournage pour ses premiers épisodes de la série. On notera quand même quelques anecdotes sur les fous rires avec Brent Spinner, les conseils de Patrick Stewart et Marina Sirtis qui est canon etc.
 Les démonstrations d'affection envers ses amis et collègue acteurs sont nombreuses et c'est très touchant à lire. Ils sont tous formidables, adorables et de grands professionnels. Si on cherche des révélations et du croustillant ce n'est pas dans ces chroniques qu'on les trouvera.
 Wheaton s'adresse exclusivement à un public de Trekkie avec ce livre. Les nombreux spoilers et l'humour sur le futur des personnages ne sont pas accessible aux débutants dans l'univers de Star Trek. A noter qu'il commet quelques erreurs dans ses résumés  (rien de grave) et que son mépris pour les séries Voyager et Deep Space Nine est parfois horripilant. 

Memories of the Future vol 1, Will Wheaton, Monolith Press (2011), 138 pages

Le maître a de plus en plus d'humour

L'usine a fait faillite, maître Ding est licencié. A seulement un mois de la retraite, c'est tout un monde qui s'effondre. Mais il retrouve soudain sa joie de vivre grâce à une idée géniale. Oui, mais cette idée... ne serait-elle pas un peu criminelle ?

En fait elle est totalement criminelle. Mo Yan a reçu le prix Nobel il n'y a pas si longtemps, il a donc maintenant le droit de figurer sur mon blog. J'ai des standards pour les auteurs asiatiques, ils doivent savoir préparer de délicieux sushis ou avoir le prix Nobel pour avoir l'honneur d'être lu par moi. Bon il y a aussi ceux qui parlent de sexe et d'écolières en jupette. 
Mo Yan et bien rentre dans deux de ces catégories le Nobel et le sexe. C'est drôle j'ai maintenant l'impression d'avoir toute votre attention. 

 Né dans une province rurale de Chine, Mo Yan de son vrai nom Guan Moye a publié plus de quatre-vingts nouvelles et une dizaine de romans, dont Beaux seins, belles fesses, Le chantier et Grenouille.    
Quatrième de couverture

J'ai lu quelques critiques de ce livre avant de l'acheter. C'est rare que je le fasse. Toutes s'accordaient pour dire que ce livre était une critique contre le gouvernement chinois, une dénonciation de sa politique économique et autres billevesées issus de l'esprit tordu de nos critiques professionnels. Oui je dénonce grave (en fait pas du tout).  
Le maître a de plus en plus d'humour en réalité démarre sur une légère critique sociale, de l'ordre d'une très polie lutte des classes. L’honnête travailleur et les promesses non-tenues de la classe dirigeante incarnés dans le livre par l'adjoint du maire et le directeur de l'usine. Tout ce beau monde rejette la faute sur l'économie mondiale en louant le dur labeur du héros et son obéissance sans faille durant toute sa carrière dans l'usine. Tous lui promettent de l'aider dans son malheur, mais aucun ne tient parole.
Notre héros lui n'en veut a personne sauf à lui même. Pour un peu, on pourrait croire que Mo Yan à écrit La case de l'oncle Tom version chinoise dans ses premiers chapitres avec sa critique sociale qui fait l'éloge de la classe dirigeante dans ses bonnes intentions et loue le fidèle petit travailleur.
Très vite le héros au chômage se voit confronté à la honte de ne pouvoir subvenir aux besoins de sa femme et de se faire prêter de l'argent par ami.
Puis lui vient une idée pour gagner l'argent qui lui manque. Une idée farfelue, illégale et qui dédramatise absolument tout le livre. Le ton lourd du début devient celui d'une comédie et la fin déclenchera chez le lecteur un joli éclat de rire.
La tendresse de Mo Yan envers ses contemporains chinois est évidente, son humour aussi. Le Maître a de plus en plus d'humour tient plus de la gentille farce que de la satire sociétale et c'est probablement pour ça que Mo Yan est libre d'écrire des livres au lieu de croupir en prison. A lire entre deux livres plus sérieux.

Le maître a de plus en plus d'humour, Mo Yan, Traducteur Noël Dutrait, Éditeur Seuil, Collection Points (04/06), 107 pages.

A call from Cthulhu

The stars have aligned. Cthulhu is risen, rested and strong. The Great Old Ones await his call. . . .


Je me suis récemment inscrit sur SmashWords la plateforme américaine de publication et de distribution de livres numériques. 
L'intérêt pour moi est d'avoir accès a des auteurs de genre ne publiant pas ailleurs que là bas. Les auteurs y sont amateurs voir quasi-professionnels et comble du bonheur, on y trouve des petites perles de lecture à pas cher voir gratuits. 
Publier des nouvelles gratuites est un moyen de se faire connaitre sur la plateforme pour mieux vendre ses ebooks payants. 
Comme vous pouvez le voir avec l'illustration de cet article,mon premier téléchargement est de type Lovecraftien et de type parodique. 

Je ne vais pas trop m'attarder sur l'américain T. W. King qui ne propose dans sa bio qu'une formule très fumeuse : Multi-genre author T. W. King is a riddle, wrapped in a mystery, inside an enigma, all within the pages of an open book. 
Qui se traduit par : Auteur multi-genre T. W. King est une devinette, enroulé dans un mystère à l'intérieur d'une énigme le tout contenu dans les pages d'un livre ouvert. 
Ses publications vont du Lovecraftien à de l'érotique. 


En sa qualité d'amuse gueule gratuit, A call from Cthulhu est une lecture rapide (2 pages) qui ne vous prendra que 5mn (c'est en anglais alors je double le temps normal pour cause de traduction). Complètement idiot du début à sa fin, est comme sa couverture et son titre le laisse à penser une parodie infantile et pleine de bonne humeur du tentaculaire monstre de Lovecraft. Un livre numérique qui remplit son rôle à merveille de faire sourire son lecteur et comme il est gratuit, on ne se s'en pas flouer par la rapidité de la chose. 

A Call from Cthulhu, T. W. King,  2 pages, Smashwords 03/2014